«

»

Mar 07 2019

Imprimer ce Article

Voués aux sables de l’oubli – Christian Satgé

Petite fantasia targuie

 

La fièvre du rêve m’offre le mirage
De sons venus d’ailleurs et, là, sans partage
Le pas lent et si digne de ma plume, un peu
Chameau, se met en branle, ses couplets aligne
En longue caravane de vains mots se peut.
Elle avance sans tirer par trop à la ligne.

 

Seule et silencieuse, cette méhari
Sinueuse traverse le désert de songes
De ma nuit noire, aux dunes en hourvari,
Que je vais coucher en infernaux mensonges
Sur une feuille aussi blanche que tous les rais
D’un soleil nu dont nul ne peut, las, se parer.

 

Dans l’oued asséché des clichés, elle laisse
Un long sillage gris d’empreintes qui délaissent
Les puits où la vérité a versé, en esquissant
Dans le néant mouvant du sable quelques traces
D’une route incertaine que le vent glissant,
Vivant comme seuls savent l’être ceux de sa race,
A sitôt balayé, fera vite oublier
Car toute chose établie se doit de plier…

 

Dans les vagues crues de cet océan instable,
D’erg en reg, je nomadise, assis à ma table,
Sous ma lampe brûlante en une théorie
De vers voués à l’éphémère, pleins d’ébène
Et déliés d’ivoire. Même les scories
D’un temps abrasif me sont alors une aubaine.

 

Ainsi, au pas de ma plume je conduis,
Sans frontière ni balise aujourd’hui,
Toute cette cohorte de rimes esclaves,
Aux pieds entravés qui sont, ma foi, plus chers
À ces nefs qu’un point d’eau apparu à l’étrave,
Trésor des trésors dans ce brûlant univers.

 

Point de razzia, malgré les couffins d’or rouge
Car les coupeurs de route jamais trop ne bougent,
Quoique toujours guidés par la soif de soies,
Quand cheminent nos bons coureurs, fiers nomades,
Qui savent qu’ici on est libre d’être soi,
Assis sur le silence, dont les chants, les plaintes
Ne sont que les doux échos d’écritures saintes…

 

En pareil voyage, il n’est de bon terminus
Que bonne terminaison. Sans peur ni plaie, gus !
Or dans l’oasis d’une pause, en cours de course,
Quoiqu’y tournait sans fin la noria des temps,
Je me suis fais djin, pour vous, sous la grande ourse…

 

© Christian Satgé – février 2019

6+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/voues-aux-sables-de-loubli-christian-satge/

8
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
5 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Philippe XChristian SatgéAnne CaillouxBéatrice Montagnac Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Philippe X
Membre

Lorsque le Targuie devient Touaregs ou l’aventure du désert le pousse au rezzou pour faire la razzia de nos sensations…frappé par ces images que je ne suis pas prêt d’oublier.
Je lève mon Tagelmust d’admiration.

Anne Cailloux
Membre

Magnifique, les couleurs d’orient, que nous aimons tant.
J’aime beaucoup, il ne me manquais que le thé à la menthe..
Merci de ce petit voyage.
Anne

Béatrice Montagnac
Membre

Bonsoir Christian
Quel beau voyage tu nous offres au rythme de ta plume sur les dunes de tes vers au vent du dessert
j’aime beaucoup au plaisir de te lire
Douce soirée bises !

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE