«

»

Sep 17 2019

Imprimer ce Article

Voil’Lié – Ober Lenon

                          Voil’ Lié  

Sur le rivage, je regarde ce voilier
Dans son sillage, j’aimerais m’arrimer
Et mes yeux d’opale détaillent une voile
Mes deux mains si pâles voudraient tendre sa toile

Moi je suis clouée dans ce fauteuil roulant
Et pourtant je palpite en respirant le vent
Je ne crains pas tempêtes ni vos cyclones hurlants
Mon cœur est à la fête quand je vois l’océan

Il me porte et m’emporte , loin des châteaux en Espagne
Pas de plainte en cohorte, moi je vis et j’me soigne
Aux embruns qui m’enivrent, à chaque aube qui pointe
C’est la valse des rives, et mon encre qui suinte

A tous les malheureux, les pleurants*, les amers,
Les essouflés d’la vie qui ont un g’nou à terre
Secouez vos esprits et tarissez vos larmes
Un souffle est une vie, ne baissez pas les armes

Et quand viendra le temps de ces voiles aurore
J’embarquerai enfin sur ce dernier voilier
Ils diront : « Souquez ferme, on la mène à son port ! »
Et je serai marin devant l’éternité…

*Participe présent utilisé comme substantif

〈 valse à trois temps〉

2+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/voillie-ober-lenon/

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
Laurence de KoninckOberLenonChristian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Laurence de Koninck
Membre
Laurence de Koninck

Un texte plein de vitalité et un bel hymne à l’océan, toutes voiles dehors.

Christian Satgé
Membre

une invitation au voyage à laquelle on ne peut qu’adhérer. Merci pour cette petite marine, toile pleine de beauté et de fraîcheur.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE