«

»

Déc 12 2018

Imprimer ce Article

Verrat bien qui, hélas, verra le dernier ! – Christian Satgé

Petite fable affable

 

Aux très vieux verrats l’amour est fort avare !
Le nôtre espérait que l’Amour, dieu ingrat
Et aveugle, clignant un jour de l’œil, déclare
Que tout porc discutant, matin, le bout de gras
A droit, esprit sain dans un porcin, au bonheur.
Fallait-il donc graisser le bon poignet, Baronne,
De l’archer Cupidon, ce vieil embobineur,
Pour que la plus grosse truie, une cochonne
Qui n’a pas froid aux yeux pas plus qu’au restant,
Lui montre ses fesses, lui offre du bon temps ?!

 

Notre bon héros, tout en lard et manières,
Vivait en sa bauge des amours partagées
Entre l’œillet, Baronne, et la boutonnière
Et faisait sa soupe dans tous les potagers.
Valet de ses amours, laquais de ses humeurs,
Éros ne lui avait donné que des amantes,
Point l’Amour, qui manquait donc à notre charmeur.
Il le pria alors de façon véhémente
De lui offrir une Belle au teint rose et frais,
Une femelle que chacun lui envierait.

 

Il ne demandait qu’à avoir une complice
Il fut donc exaucé et en fit son profit :
Ah, le quart d’heure de Rabelais fut délice
Tant que durèrent ses ardeurs qui faisaient fi
De son âge et du temps qui use tous et tout !
Il voulait, Baronne, que la ferme le bade.
Il fit parler. Sa Belle et leurs exploits itou.
Mais cette jeunesse se lassa des saccades
De celui qui devint, las « son cocu d’époux »
Qui mourut, tout seul, sale et jaloux comme un pou !

 

À quoi sert-il de n’aimer que pour qu’on vous aime,
Ou plaisir suprême, pour que l’on vous envie
De n’être en carême ?!… Ça sème votre vie
De futurs problèmes que n’apaise aucun chrême.

 

© Christian Satgé – mai 2015

3+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/verrat-bien-qui-helas-verra-le-dernier-christian-satge/

7
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Jeanine Chatelain (Belle des Bois)Christian SatgéSerge CampagnaSimone Gibert Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Jeanine Chatelain (Belle des Bois)
Membre
Jeanine Chatelain (Belle des Bois)

Jacques Salomé appelle çà l’amour de manque, aimer pour qu’on vous aime, on est loin de l’amour qui transcende ;Chez les humains, malheureusement le sexe est devenu roi, en défaveur des sentiments.Bonne journée Christian.

Serge Campagna
Membre
Serge Campagna

Que serais-je sans toi, Christian (pardon pour le tutoiement) ? comme disaient Jean Verrat et Aragon… Une fois de plus du grand lard très rabelaisien comme vous le souligniez. Blague dans le groin, cette fable est magistralement menée (à l’auge évidemment)

Simone Gibert
Membre
Simone Gibert

Ah! Merci, Christian, pour ce texte de verrat – toujours humoristique – qui cette fois me rappelle bien quelqu’un que j’ai connu. Mes amitiés, Simone.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE