«

»

Sep 21 2018

Imprimer ce Article

Vera – Eddy Khemiri

Sous les ombres clémentes,
Alourdies par l´été,
Se caressent les lèvres fraîches
Au goût de menthe.

   Vera est là, assise
   à ne rien dire
   près des chuchotements
   des feuilles agitées.
   Qu´importe le temps qui passe,
   Si je suis seule, les autres aussi.

Et pourtant, sous les
ombres clémentes, les
robes d´été se défont
Et les seins libérés
sous les mains
comme des chapes de plomb,
se ramollissent et se fondent au désir.

   Et Vera qui est là,
   allongée près de l´eau
   une main dans l´onde glaçée,
   et l´autre…
   Qu´importe le temps qui passe,
   Si je suis seule, je m´aime aussi.

(…)…

©Eddy Khemiri

0

Graphiste de formation, je vous invite à jeter un coup d’œil à mon site... mieux qu'un long discours...

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/vera-eddy-khemiri/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE