«

»

Oct 12 2019

Imprimer ce Article

Une vie aveugle – Frederick Garnier

Un caractère de cataracte s'installe et puis implose
Dans un mouvement, un moment sordide de solitude.
Là où le torrent semble paraître, l'écume explose
Sur le sortilège, un sort où le sot prend de l'altitude.

Il paraît qu’on apprend de son prochain ! Quel
Est l’importance de savoir quand le nez éternue
Que un etoc inconnu” miroir de Soleil” dent de sel
Balayé du sens par les sans-soucis d’une vie contiguë.

A un degré idyllique, les flots évacuent l’insouciance
Des pensées vaines nostalgiques, un naturel artifice.
Les paysages “eux” s’expriment avec vigueur, la défiance,
“Ceux”qui depuis leur enfance s’obligent aux sacrifices.

Altéré et dièse, la pâture de l’être s’abandonne
Comme un aliéné désailé, dessalé de moult discours.
Le complet veston complote de fausse manière morne,
Mais les alluvions des vrais illusions mènent à toujours.

Perché sur une mini falaise en face d’un rail invisible
Le solitaire voit l’esquisse des îles, les pointes épineuses,
Les tracas sont fracas, le slam des flocs perceptibles,
Un balancement matrimonial, le déroulement d’une vie langoureuse.

 

©Garnier

 

1+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/une-vie-aveugle-frederick-garnier/

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE