«

»

Oct 20 2018

Imprimer ce Article

Une gentille sirène – Raymond Delattre

Une sirène s’endort seule sur la plage

Ne couvrant ni sa queue d’argent ni ses seins.

Mi femme mi poisson nul ne connaît son âge

Car sa mère est Vénus, Triton est son cousin.

Bien assoupie sur son lit de sable,

Sa main repose sur son beau miroir.

Un lourd sommeil était inévitable.

Son peigne est resté dans ses cheveux noirs.

Elle fut témoin de plus d’un naufrage

Mais n’aima qu’un seul jeune naufragé,

Le portant sur son dos avec courage.

Il mourut dans ses bras sur son rocher.

Le voyant si beau, étendu sans vie,

Elle en conçut un amour sans espoir.

Adorer un mort du bonheur dévie.

Depuis sans cesse elle broie du noir.

Elle rêve à ce fantastique amant

Qui lui fit perdre son goût à la nage.

Elle voudrait voler au firmament.

Elle désire errer sur les nuages.

Elle voudrait qu’il lui pousse des ailes

Comme à ses plus méridionales sœurs… ,

Abandonner en plaintive rebelle

Un monde sans poésie et sans cœur !

***

© ≈ (Le 19/10/2018) Raymond Delattre

2+

Belge francophone. Réalise un "Atlas universel des Peuples depuis 2000 avant notre ère jusqu'à l'an 2000". Publie en 2016 le recueil de poèmes en prose "Bric-à-brac" chez Edilivre. En 2017 publie chez Atramenta un livre ethno-historique "Langues et origines des peuples de l'Europe antique". Un nouveau recueil de poèmes "Comme dans un conte" chez Atramenta et plusieurs Ebook gratuits sur ce site (qui peuvent être téléchargés)

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/une-gentille-sirene-raymond-delattre/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE