«

»

Déc 06 2016

Imprimer ce Article

…Te rappelles-tu – Delloly

Te rappelles-tu du six décembre
Un Jour froid parisien
D’un automne se fanant d’un Rien ;
D’un hiver s’annonçant hélas Sombre ;
Ô.. je me souviens de la blessure
Ne pouvant te héler à Raspail,
Ce dernier soir d’une ombre fuyant
Près du jardin : Ô.. rien qui ne vaille.

Ô.. oui, des plus sûrement là-bas,
Si le Dieu et son Ciel,
D’une sonate ailée nous reçoit
Pour se parfumer de notre « air-miel »,
Celui du Temps de la douce Terre
Où nous rions, Ô.. ne pleurions guère
Puisque Nous est promis l’Aventure
Angélique une fois venue l’Heure.

francis5

Te rappelles-tu du six décembre ;
Voyage pour l’Allemagne
Que jamais, tu n’osas entreprendre
Oubliant tes aimés de Cocagne ;
Ceux coulant en sève parisienne
Qui depuis Ton jour, ivraient ta Vie
D’un Amour humain sans « huricane »
Juste dosé d’un Demain à l’envi.

Ô.. oui, des plus sûrement là-bas,
Du détriment-chagrin
Voilant la Vie d’amour incertain ;
Blessant la Sève de vils fracas ;
Détournant le Livre de ses pages
Rêvées, pensées d’un Futur sensé
Vivant d’Amours de trois frères sages
S’amusant à Paris à danser.

Ô.. diable ! l’histoire se vêt d’Espoir
Un jour de te revoir ;
Mais en aurais-je Conscience humaine
Puisque serais là-bas ; Terre vaine
Dans la mesure où le Ciel s’écrit
Et non tue l’existence susurrée
Le Temps, de « Vie » tant et tant sonnée
Depuis le premier Cri d’un sanscrit.

Te rappelles-tu du six décembre
Un Jour froid parisien
D’un automne se fanant d’un rien ;
D’un hiver s’annonçant hélas sombre ;
Ce soir, j’aimerais t’entendre Rire
Bousculant protocole et chaînon
D’un firmament révélant ton nom ;
Petit frère : Francis, d’un Sourire.

https://i1.wp.com/www.plume-de-poete.fr/site/wp-content/uploads/2015/12/mariposa.gif?resize=47%2C50&ssl=1Oli ©Te rappelles-tu
©(P)-06/12/16 à Toi, mon frère (huitain 6, 9)

*3èmevolet sur un frère disparu tragiquement- XX=pudeur*

 

2+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/te-rappelles-tu-delloly/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Oliver Delabre - (Delloly)ChantalC Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
ChantalC
Modérateur
ChantalC

Sublime hommage tout en pudeur, plein d’amour et de tendresse pour ce frère
parti trop tôt et avec qui le dialogue continue…… d’une si belle manière..
Merci Olivier pour ce partage émouvant.
Bises

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE