«

»

Avr 21 2019

Imprimer ce Article

Tancer maintenant – Christian Satgé

Petite fable affable

Deux animalcules se disputant, sans cesse,
Dans le chaud du moment disaient mauvaisetés,
Une fois le vent de l’oubli passé, regrettées.
Rien n’en vaut de ces extrémités ou bassesses
Où conduisent la lèvre pulsante et le cœur
Trémulant une ire vaine, toute en rancœurs.

Le premier était grillon de son état.
Poupelet assez, ayant l’œil goguelu et l’âme
Aussi noire que sa livrée, cet excrétat
Était de ceux qui entreprennent, folles flammes,
À peu près tout mais n’achèvent presque rien,
Son faillir étant causé par quelque vaurien.
L’autre était une bondissante sauterelle
Abhorrant tout ce que l’on adorait alors.
C’est raison pour laquelle, prompte à la querelle,
Des plus exagitées, elle prenait milords
Ou ploucs très à rebrousse-cœur, n’ayant en bouche
Que grièvre offense poussant à prendre mouche !

Ces deux-là, détestés de tous et de chacun,
Peut-être plus chattemites, moins opiniâtres
En leur méchantise, sans nul complexe aucun
S’entendaient comme foireux larrons, prou folâtres,
Leur nauséeuse misanthropie fuyant l’ennui
En chattonnies ou vilenie jour comme nuit.

Leur pays étouffé de verts et tout fait d’ombres,
Accueillit un escargot chassé par la faim
De lieux circonvoisins comme un bon nombre
Des siens ; il portait sur ses épaules, sans fin,
Tout le malheur de la Terre en plus des misères
De ses pairs, avec l’air las qu’ont les pauvres hères.
Tout œil et toute ouïe, la sauterelle et le grillon
Eurent le bon goût de lui souhaiter de prime,
Avec leurs mots faits banderilles à barbillons,
« La bienvenue ». Alors on cria au crime,
Chez tous les autres insectes, pour une fois
Outrés de concert du fiel de ces sans foi.

La sauterelle le prit de haut et, d’un enthymème,
Répliqua à qui cherchait noise à grand bruit :
« Un être vain qui est si mauvais pour lui-même
Comment pourrait-il être bon pour autrui ? »
On les chassa au cri de : « Qui nuit aux autres
Ne saurait rester longtemps, ici-bas, des nôtres ! »

© Christian Satgé – mars 2019

1+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/tancer-maintenant-christian-satge/

5
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Que la vie est sur aussi bien à deux pattes , qu’a quatre pattes..
Enfin vous m’avez compris Christian
je vais méditer sur vos mots..
Anne..

Anne Cailloux
Membre

Oups, je rectifie que la vie est aussi dur a 2 pattes qu’ à 4..

Anne Cailloux
Membre

Rejoindre la discussion…

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE