Archives de l’étiquette : D95

Juin 18 2019

…Sur la Route d’Obterre (part B) – Delloly

. Trois vélos chargés comme des mules d’amourtrois frères les guidant à l’aube du jourArmand au centre puisque à défaut de lampesur vélo bleu ayant déjà vécu la route,Francis, Olivier, vélo de course asphalteblanc pour l’un, rendu vert-gris pour l’autretraversant Yzeures d’un silence d’étéportant blousons et casquettes par sécuritépédalant heureux sur une départementaletraversant Preuilly-sur Claise …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/sur-la-route-dobterre-part-b-delloly/

Juin 15 2019

…Bien avant.. (part A) – Delloly

. Bien avant que l’aube ne se lève nous étions les trois frères, assis en cuisine pour ce petit-déjeuner de l’heure divine nous en connaissions son privilège pour ces vingt-deux kilomètres à vélo que nous devions parcourir assez tôt Obterre et son étang, devions les surprendre comme leurs carpes, locataires à prendre ; aussi se …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/bien-avant-part-a-delloly/

Mar 27 2019

…Bord de l’Etang – Delloly

  Au bord de l’étang de l’aspect viride demoiselles volent de nénuphars en nénuphars à frétiller d’un lied fol air doucereux s’étirant au soir Vague à l’âme du bleu de Vous s’étend fil de l’eau irisée d’un joli Temps ; où êtes-vous cher Temps à blanche écume jouant vagues d’un océan à dune ? Au …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/bord-de-letang-delloly/

Jan 31 2019

brouillons – Delloly

lorsque tu es loin de moi, je te hais de ne pouvoir t’embrasser lorsque tu es loin de moi, j’aime respirer chaque objet de ton odeur lorsque tu es à mes côtés je hais ton temps passé au téléphone tant de temps inutile à se deviner, peu de temps tant utile à s’aimer l’amour EST …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/brouillons-delloly/

Jan 21 2019

…Murmure au Bonaparte – Delloly

A Saint-Germain-des-Prés, se murmureun après-midi , où m’auriez attenduen vain autour de thés et friandisesà défaut de baisers comme ils disent M‘en voudrez-vous beaucoup de ce murmureà Vous conter raison de l’inaperçune pourrais me rendre au Bonapartefaute au vent ayant fermé clés et porte Des heures à chercher juste solutionpour grimper et pousser la fenêtreheureusement en ce printemps, entrouvertele …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/murmure-au-bonaparte-delloly/

Mai 16 2018

…au fond de la Barque – Delloly

Te rappelles-tu me chuchotais au fond de la barque m’aimes-tu nous aimerons-nous toujours en t’embrassant, murmurais ; je t’aime d’une rivière de mots de l’océan de douceurs de mes raisons de Toi comme cette barque glissant sur l’eau profitant de l’instant ; faisons, ne regardons pas le ciel ni son demain inconnu simplement aimons-nous de …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/au-fond-de-la-barque-delloly/

Mai 12 2018

…la Ballade du bel Hasard – Delloly

Un bleu matin de printemps sur le Pont des Arts visages rencontrés du bel hasard de la vie qui s’invite d’un pas le Temps se prêta à leurs sens d’un LA ignorant les gens qui passent souriant du ballet d’oiseaux fugaces Leurs lèvres et corps au soir se plurent de l’instant miroir des jours des mois …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/la-ballade-du-bel-hasard-delloly/

Juil 18 2017

Au Soir, d’un Vertige – Delloly

«Composé en échelle syllabique de 12à06, puis 05à11, puis 12!   Soir, vertige m’endort en le puits du sommeil Ô.. que n’ai-je fait de vous enlacer Sous la lune à fuir l’éveil D’un regard, du baiser. Soir, Vous embrasser Au-delà de l’horizon M’arrachant frissons à ressasser Me noie d’une envie à boire le poison. Soir, …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/soir-dun-vertige-delloly/

Déc 28 2015

Mirage de Vie – Delloly

  Sous un ciel parfumé au démesuré bleu Larmes abyssales flottaient au coeur des yeux Observant goélands parader en les Cieux Où se lisait miroir à oublier houleux. La mer délectable d’un blanc psyché alleux Se traina éclairée de saltos périlleux D’amis marins lointains et toujours audacieux, Où l’envie d’y plonger te rayonna, à feux. …

Continuer à lire »

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/mirage-de-vie-delloly/

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE