«

»

Nov 19 2018

Imprimer ce Article

Soudain seul – Serge Campagna

Elle est sombre ce soir la vue sur la mer. Elle se perd dans les tourments du ciel, s’envole avec les dernières feuilles que l’automne conservait pieusement. Elle ombre le lointain de formes indistinctes.

 

Elle est grise ce soir la vue sur le port. Les amarres vacillent sous les estocs du vent. Un chalutier s’en va vers des pêches incertaines. Son manteau qui chaloupe et s’éloigne a la couleur du tien.

 

Elle est triste ce soir la vue sur hier. Elle se gonfle au parfum qui te suivait partout. Elle emporte le phare qui éclairait demain. Elle en oublie le large et se voile les yeux dans la pinède brune.

 

Elle sombre ce soir la vie sans amer. Elle cherche la lumière sur des vagues malignes. Elle palpite au trou noir dans les rochers du cap. Elle se perd sur le sable de la plage effarée. Elle se noie dans la nuit qui efface nos années.

©Serge Campagna

3+

Je suis arrivé en 1955 en Dauphiné et l'ennui de l'enfance m'a vite poussé vers les mots et leurs majestueuses farandoles.
J'eus très tôt la chance et le bonheur de croiser la route de maîtres qui me firent voyager sur les phrases de Musset, d'Apollinaire, de Baudelaire, de Cendrars...
Ma propension au sourire m'ouvrit plus tard les grâces de Bobby Lapointe, de Cavanna, de Desproges...
Puis, il y eut Guillevic, Max Jacob et l'immense Francis Ponge... En parallèle, s'immiscèrent Giono, Ramuz, Gougaud...
Depuis, mes textes recherchent le flot serein du voyage, les cataractes de la révolte ou les rives ombragées de l'harmonie.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/soudain-seul-serge-campagna/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Ouzag Djamel EddineSerge CampagnaChristian SatgéAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Ouzag Djamel Eddine
Membre
Ouzag Djamel Eddine

Un remous intérieur, qui exprime un besoin plus long et profond que ses écrits, qui se lit entre ses lignes d’ailleurs ; Où souffrance semble plaire au poète, autant que seule compagne, inspiratrice de ces contemplations.

Christian Satgé
Membre

Un texte prenant et sombre, moins riant qu’à l’accoutumée mais il n’en est moins fort beau et, au surplus, touchant. Bravo et merci Serge de rappeler qu’e les mots d’un poète se doivent d’épouser ses humeurs afin d’accoucher de strophes qui, traduisant un instant vécu ou perçu, rappelle au lecteur ce qu’il a pu lui-même ressenti un jour ou l’autre sans pouvoir l’exprimer. Bravo…

Anne Cailloux
Membre

Très beau texte malgré ce triste soir
très tendre et nostalgique
Anne