«

»

Jan 13 2020

Imprimer ce Article

Qu’importe l’affliction pourvue qu’elle soit livresque – Christian Satgé

Des fils invisibles s’attachent à nos vies,
Des fils de soie, parfois, des fils d’Ariane,
Souvent. Et, ces liens, plus forts que lianes,
Dans nos jours asservis, nos nuits assouvies,
Nous empêchent de tomber, nous  funambules
Sans espoir qui avançons en somnambules.
Ces lacets, jamais lacs, enchaînent nos coeurs,
Sur une trame d’amour où se déroulent heures
Et minutes, de cordées d’instants qui pleurent
En moments où la fibre d’un vrai bonheur
Sur les ailes du vent, relient l’un à l’autre
Sans idéal, concept creux ni patenôtre.
C’est ainsi que ces fils enserrent nos vies,
Car, alors, ces fils fins deviennent câbles
Tendant aux nues si nues la voile agréable
Du rêve et de tous les possibles, à l’envie
Enchevêtrés au blanc filet des nuages
Effilés filant vers un nouveau bel âge.
Donne-moi un brin de ces fils, ces “soi”
De ces soirs obscurs où le noir et les ombres
Ont fui notre âme habituée à plus sombre
Et notre esprit encor’ sur son quant-à-soi,
Mêlons ces fils pour tenir, main dans la main,
Plus loin, plus longtemps sur ce chemin commun.
Ces fils invisibles attachent nos deux vies,
Fils de nous, ténus, tendus, fils d’Ariane
Pourtant, et ces liens, mieux que lianes,
Dans nos vies d’envie, nos nuits en lavis,
Nous empêchent de tomber, quand,  funambules,
Nous allons par nos jours comme somnambules.
© Christian Satgé – décembre 2019
5+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/quimporte-laffliction-pourvue-quelle-soit-livresque-christian-satge/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
OberLenonBrahim BoumedienChristian SatgéFattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
OberLenon
Membre
OberLenon

Encore un très joli texte . Félicitations

Brahim Boumedien
Membre

Merci, Christian : peu importe en effet,le contenant de l’histoire, l’important étant ce qu’apporte le contenu dont celui que tu partages généreusement fait partie ! Merci encore !

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bravo Christian pour ce texte fort touchant où les fils tiennent fort et relient bien avec des fortes émotions j’ai adoré ma lecture
Mes amitiés
Fattoum.