«

»

Jan 06 2016

Imprimer ce Article

QU’IL EST BON DE RÊVER ! – Jacques Hermitte

Qu’il est bon de rêver au bord de la rivière,

de se laisser aller à sa douce fraîcheur,

son murmure incessant, sa course, son mystère,

et tout cela qui fait vivre et mourir mon coeur.

 

Combien s’y sont baignés avant que je m’y baigne ?

Combien s’y sont noyés avant que je m’y noie ?

Combien y ont saigné comme aujourd’hui je saigne ?

Combien, tout comme moi, ont entendu ces voix ?

 

Pourquoi toujours ainsi ces questions qui me viennent

et qu’il me semble bien qui ne viennent qu’a moi ?

Pourquoi cette douceur, ce bonheur, cette peine ?

Pourquoi cette douleur qui cache tant de joie ?

 

Les arbres sont vivants, ils me disent des choses,

murmurent à mon oreille ce que je ne sais pas,

ils me disent l’amour, la raison et la cause,

et le bonheur immense d’ouvrir grands ses deux bras.

 

A présent mon esprit a retrouvé son calme,

je suis bien, je suis mieux, ô Nature, merci !

Je sens dans mes paupières qu’il me montent des larmes,

reste là, près de moi, Seigneur, je t’en supplie !

 

rever-de-riviere

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/quil-est-bon-de-rever-jacques-hermitte/

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Véronique MonsignyBrahim Boumedien Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Véronique Monsigny
Membre
Véronique Monsigny

Merci Jacques pour ce merveilleux instant d’hommage à notre mère Nature qui a chaque instant nous fait revivre en se régénérant. J’aime votre écriture, je m’y sens chez moi !

Brahim Boumedien
Membre

Merci, cher ami, pour ce superbe partage. Ces moments où on se retrouve “avec soi-même” au milieu de la nature sont extraordinaires et reposants. Je ne peux m’empêcher de penser à Lamartine dans “L’isolement” : Souvent sur la montagne à l’ombre du vieux chêne, au coucher du soleil tristement je m’assieds. Je promène au hasard, mes regards sur la plaine dont le tableau changeant se déroule à mes pieds. Ici gronde le fleuve aux vagues écumantes, il serpente et s’enfonce en un lointain obscur. Là le lac immobile étend ses eaux dormantes où l’étoile du soir se baigne dans l’azur…

Amitiés.