«

»

Fév 14 2018

Imprimer ce Article

…Quatorze de l’Hiver – Delloly

 

Dun vent feutré l’Air chanta
ce souvenir d’une femme
croisée un jour Ô.. d’enflamme
sur le Pont du Bleu Tanga

C’était, il se rappela
un Quatorze de l’hiver
d’essences d’un Vétiver
parfumant un drap lilas

Décoré de trent’sept roses
Le salon déshabillé
Se mira d’écarquillé
D’un hâlé de Roman d’Ose

Depuis un Temps dix-septième
Le salon n’avait vu rose
S’épanouir rouge à l’ancienne
long des rideaux d’un grandiose

Champs Elysées au beau jour
moirés de la belle essence
Saupoudrèrent renaissance
les corps enflammés d’Amour.

Main ventée goûtant la brise
le frisson dévoila Dame
de ce corps décorant l’âme
du parfum osé d’une bise

Ce fut il se rappela
un Quatorze de l’hiver
courtisant la primevère
d’un lied qui les charma

 

Oli ©Quatorze de l’Hiver
©-14/02/17-18 à Muse S. ( 7p) *Mus159

 

4+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/quatorze-de-lhiver-delloly/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
DellolySandraL Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE