«

»

Mai 09 2019

Imprimer ce Article

Quand on a que le Souvenir – Gilles Dieny

QUAND ON A QUE LE SOUVENIR

 

Bercé par Le Plat Pays et par Les Vieux,

Je me souviens de toi, radieux,

Suant dans le noir de l’Olympia.

De te voir, Grand Jacques, quelle joie.

Non ! C’est promis, je ne te Quitte pas.

Je te suivrai jusqu’à Amsterdam, pas à pas.

Je ferai simplement comme ces Gens-là

Ou comme Mathilde, quand elle revenait là.

Tu vois, on N’oublie Rien de Rien.

Comme Jeff, tu n’es pas tout seul, c’est bien.

Moi aussi, je voudrais Creuser la Terre,

Pour couvrir ton souvenir, ton image, d’une grande lumière.

Au Suivant, oui, mais personne n’arrive à ta hauteur.

Tu es le plus grand. Tu resteras, à jamais, le meilleur.

Si tu m’aperçois de là-haut, à n’importe quelle heure,

Tu constateras que c’est triste de Voir Un Ami qui Pleure.

Tels Les Paumés du Petit Matin,

J’erre sans but, sans lendemain.

Vieillir, c’est bien, mais sans toi, mon copain,

Je n’ai plus que L’Amour pour combattre mon chagrin.

Les Marquises t’ont accueilli à la fin de ta vie.

Ils étaient tous là, Madeleine, Jacky et Rosa, tes amis,

Tous te rappelaient ton enfance.

Les Vieux Amants, et même Les Bigotes étaient venus de France.

C’est vrai, un jour, j’ai touché le ciel,

Car j’ai pu, enfin, voir le Grand Brel.

Tu m’as apporté, à toi seul, plus de soleil,

Plus de chaleur qu’Un Meilleur Avril. Vision éternelle.

Bercé par le Plat Pays et par Les Vieux,

Je me souviens de toi, radieux,

Suant dans le noir de l’Olympia.

De te voir, Grand Jacques, quelle joie.

2+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/quand-on-a-que-le-souvenir-gilles-dieny/

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Serge CampagnaBéatrice Montagnac Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Serge Campagna
Membre
Serge Campagna

Le soir de sa mort j’avais écrit quelque chose qui disait que Grand Jacques frérait encore. Je le pense toujours et je salue votre texte si agréable à déguster (et beaucoup plus sucré qu’une vodka !!!)

Béatrice Montagnac
Membre

Bonjour Gilles un fort beau poème cet hommage au grand Jacques inoubliable merci
douce journée amicalement

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE