«

»

Fév 06 2020

Brahim Boumedien

Imprimer ce Article

Quand je lis ton poème – Brahim Boumedien

Quand je lis ton poème, c’est toi que je caresse

Ce sont les bienvenues, mes retouches, dis-tu

C’est comme si tu disais, caresse-moi sans cesse

Je te vois, je t’entends, je te sens, le sais-tu ?

 

Lorsque je bois ton texte avec délicatesse

C’est toi que j’admire, belle Mona Lisa

Prodigieuse muse, merveilleuse princesse

Dont la flèche ajustée, dans mon cœur s’enfonça

 

M’attardant sur un vers, c’est un baiser posé

Sur ta main d’ivoire si belle et généreuse

Qui l’a bien ciselé, patiemment composé

Comme font les poètes de l’époque glorieuse

 

En prononçant ton nom, à voix haute ou basse

C’est un long soupir, sortant de ma poitrine

Qui atteindra ce soir, ton balcon, ta terrasse

Porteur de mots d’amour et de brise marine

 

B.Boumedien le 27 mai 2014

Le score Global : 0
Votez pour cet article !
[Total: 1 Moyenne: 5]

Au sujet de l'auteur

Brahim Boumedien

Brahim Boumedien

- Diplômé de l'Ecole Normale Nationale d'El-Harrach - Formateur (Education Nationale et Formation professionnelle) - Ancien professeur de Techniques de gestion et de Techniques d'Expression - Ancien professeur à l'ENNET - Ancien directeur de collège. S'occupe actuellement de recherche pédagogique (lutte contre l'analphabétisme, en particulier)
Site Web : http://pedagotec.e-monsite.com

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/quand-je-lis-ton-poeme-brahim-boumedien-2/

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Brahim Boumedien
    Brahim Boumedien

    En prononçant ton nom, à voix haute ou basse

    C’est un long soupir, sortant de ma poitrine

    Qui atteindra ce soir, ton balcon, ta terrasse

    Porteur de mots d’amour et de brise marine…

  2. OberLenon

    Les mots en baume, parfum d’éternité…Beaux vers

    1. Brahim Boumedien
      Brahim Boumedien

      Merci, cher ami, pour l’agréable visite qui embaume tout le site !

    2. Brahim Boumedien
      Brahim Boumedien

      Lorsque je bois ton texte avec délicatesse

      C’est toi que j’admire, belle Mona Lisa

      Prodigieuse muse, merveilleuse princesse

      Dont la flèche ajustée, dans mon cœur s’enfonça…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.