«

»

Sep 13 2017

Imprimer ce Article

Quai de pluie – Delloly

 Que de vies devrais-je traverser
Pour Vous séduire Mademoiselle ;
Voyez comme cette Vie ne suffit pas à bercer
Vos illusions planifiées d’âme-oiselle.

  Je Vous ai rencontrée un jour gris ;
Un jour triste à attendre le train
Bien seul sur un Quai maudit
Où l’amertume s’éternise d’un refrain.

 De l’autre côté du Quai Vous étiez : Ô..
Seule également à Vous morfondre ;
Neptune s’amusant à Nous fondre
Transis d’une pluie de gouttelettes d’eau.

 Nos trains en Gare des Aubrais Ô.. grise
Semblaient s’être donnés rendez-vous
En ailleurs pour que se produise
Ce moment de Cinéma d’un Rendez-Vous.

 Quoique dépités de pluie fort insistante
Nos regards se dévisageaient souriant
Hésitant à remuer lèvres de l’instant
Comme pour savourer l’heure excitante.

  Fine pluie ruisselait le visage de reflets
Scintillés tels éclats d’ivoire en un regard ;
Déjà, foudroyé de Vous, du bel hasard,
Je le fus, du miroir révélant vos traits parfaits.

 Vaine fut la venue de marches d’inconnus ;
Point Nous désirâmes flétrir ce chœur
Silencieux de leur présence : ils étaient nus
En cette île que Nous décorions d’un cœur. 

Lèvres s’amusèrent de cette pluie anglaise
Grisant nos yeux de belle envie fort aise
D’en goûter le ruissellement coquin
Glissant long des visages d’un plaisir taquin.

 L« Annonce » figea les frissons échangés
D’une crainte d’effacer quiétude
De nos mains tendues ruinant solitude ;
En soufflâmes les gouttes d’eau d’aspergés.

 Ô.., les Trains à quais brisant ce miroir d’eau
Convièrent regards à quitter « scène ruisselante »
Et suivre la Route prévue, chancelante
De l’imprévu frôlé d’une pluie et son rideau.

 Sur Quais vides de leur Gent et de la pluie
Respiraient telles statues, Ô..deux Êtres oubliés,
Trempés, riant d’un soleil entraperçu, inoui ;
Que d’heures ensemble, ils passeraient, d’émerveillés.

 Que de Vies devrais-je traverser
Pour Vous aimer un autre séjour
Et vivre d’une pluie anglaise ce bonjour
Dès l’aube de l’oreiller à Vous embrasser.

Oli©Quai de pluie
©(P)-30/07/08 à  Mary(libre)

About Delloly

Amoureux des voyelles, et de leur sonate telle une glisse au fond d’une barque sans toucher rive, à contempler beauté du ciel, jusqu’à l’Ile du Levant où tout s’éveille, est mon credo !

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/quai-de-pluie-delloly/

Poster un Commentaire

12 Commentaires sur "Quai de pluie – Delloly"

Me notifier pour :
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Jean Kerbiriou
Membre

on pourrait presque penser « va où le vent te méne…. »!

Un divin poème!

bonne nuit

MM

Anne Cailloux
Membre

Que de trains faudrait-il attendre piyr avoir la suite. Tres charmeur cet ecrit…
Anne.

Fattoum Abidi
Membre

Merci Oliver très beau poème, j’ai adoré ma lecture
Mes amitiés
Fattoum.

OasisArt
Membre

Ah MOI non plus je ne serais pas grimpée en le train
c’est d’un romantisme divin, telle une invitation à l’exquis
MD

SandraL
Membre

Oli, fabuleux moment de lecture ( Prendre le train eut été dommage
j’ai adoré ma lecture, rythmée de tes mots contant moment de vie, surprise
Bisou, à bientôt
O

ChanTal-C
Modérateur

Les rencontres inattendues font parfois les histoires
les plus belles, que le souvenir fait revivre avec intensité…
magnifique poème Olivier
Merci
Bises

Chantal

wpDiscuz