Fév 22 2018

Les Yeux du Rois – Laac

Il est roi

Dieu et puissant

Frappant droit

Diluant les sangs

Au froid

De sa garde

Mais dis moi conquérant

De tous les joyaux que tu portes

Trophées troqués contre des balafres

Quelles sont ces deux là à tes yeux

Qui luisent et miroitent tous tes affres ?

De pierre il n’en existe nulle semblable

Qu’elle fable se cache derrière ces perles ?

Ce n’est plus du sang qui dévale ton visage

Marqué par le relief des âges

 

Ces diamants racontent d’une voix rauque

Les amants perdus par le devoir du trône

Un jeune prince rêvant en trouvère

Une jeune bergère pour tout univers

Valant au-delà de toutes les reines

Tous les codes les fastes et les peines

Pourtant le conte s’est achevé

Le luth pour la tiare fut posé

La sérénade des épées

Chassa la geste des drapés

D’herbe froissés atour des baisers

Jamais plus tu ne sentis ces draps

Roi des champs aux corbeaux et rats

Pour toujours dans les bras

Du siège de roc et de vieux bois

Et toujours ton œil luira

De la lumière déposée

Par la lèvre rosée

Perdue dans ton regard.

 

©31.01.2018 – Laac Aban

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-yeux-du-rois-laac/

Fév 22 2018

Pas sans droit, même sans toi – Ketty Platon

Je t’aime, sans avoir le droit.

Et même sans savoir pourquoi,

Car tu n’as jamais été à moi.

Comme je voudrais  bien que tu le sois

 Surement pas avec celle sous ton toit,

                                                                    Qui porte ta bague au doigt.

                                                                    Ni celles qui se donnent à toi,

                                                                    Juste pour un moment de joie.

                                                                    Sans compter toutes ces proies

                                                                    De toi, ne sachant quoi que ce soit.

Qui sait, envoûter comme moi,

Qui ait craqué sur ton joli minois,

Ton sourire et tes bobards à la noix.

Fantasmant dès que je te vois

T’aimant déjà je le crois.

                                                                   Quand toi peu importe mes émois,

                                                                   D’être que le numéro trois,

                                                                   Lorsque t’as de quoi faire ton choix,

                                                                   Et m’ajouter à tes exploits.

Je t’aime mais ne saurais être à toi,

Car je ne veux pas de toi parfois.

Ni de ces réveils si froid,

A me languir de toi,

Quand tu seras loin de moi.

                                                                  Sur toi je dois faire une croix,

                                                                  Avant qu’à tous ceux-ci j’y croie.

                                                                  Si je ne veux pas perdre la foi,

                                                                  Dans un monde où l’amour est roi,

                                                                  Et non le sexe qui fait sa loi.

Car je t’aime, mais pas sans droit.

Pas en vivant dans le mensonge et l’effroi,

Je ne pourrais pas supporter ce poids.

Pas en étant heureuse sur du désarroi,

Car tu n’est pas au bon endroit,

Avec celle que tu dis aimer de surcroît.

                                                                  Dis moi, comment t’aimerais-je sans m’aimer moi?

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/droit-meme-toi-ketty-platon/

Fév 21 2018

Le miroir magique – Fattoum Abidi

Le miroir magique

 

Le miroir magique

Reflétant l’éclat joie

 Caresse les silhouettes des vœux

  Qui apparaissent lumineuses, plaisent

 

A l’ange rêveur,

Les souhaits

Se métamorphosent

En  bonheur mystique.

 

Le miroir magique

Appelle l’âme à rêver,

Sans cesse l’esprit médite,

La silhouette de la philosophie,

Rejette le sens de la mélancolie,

 

L’âme se montre

Ravie, puisque

L’esprit honore l’idée fertile

Les songes sèment des grains chance.

 

 

© Fattoum Abidi – 21.2.2018.


Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • avatar

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/miroir-magique-fattoum-abidi/

Fév 21 2018

Oceanus Procellarum… – Jeanine Chatelain

Tempête sur la jetée de Dieppe…..de Jérôme Dufay. https://www.jdufay.eu/marines-

Oceanus Procellarum .

 Lorsque le jour décline , et que la lune monte et éclaire ,
Près des cascades multicolores de la Baie de L’Arc- en – Ciel,
Et des rivages de la Mer de la Sérénité , de nos rêves de miel,
Apparaît la face visible de cette pâle et lumineuse beauté lunaire,

Dernier quartier, les yeux baissés, comme une amante fière ,
La force de son amour , gravite , et envoie l’Océan des Tempêtes,
Quand elle regarde, attirante, vers la Terre, qui chute dans son être ,
Soulevant des gerbes d’eaux -vives , près des digues de pierre ,

Le vent se lève et souffle, sur les vagues déchiquetées sous la brume ,
Déchaînant des marées d’équinoxe , sur des crêtes ridées par l’écume,
Des gerbes d’eau éclaboussent et se brisent , sous des nuages sombres,
 Qui avancent , sous la voûte noire et bleutée, au royaume des ombres ,

Tempête , quand tu te déchaînes, sous la furie de l’océan , tu exploses ma colère ,
Et tu m’emportes au loin, faisant monter les eaux de ma mer intérieure,
Comme une houle intense , dans les abysses profondes de la marée du coeur,
Qui vient me libérer , quand je me noie , de tant de larmes amères ,

Oceanus Procellarum , quand vient le mauvais temps qui déchire nos âmes,
Il y a un toujours un phare dressé, qui éclaire , les entrailles fécondes de la vie ,
Projetant la lumière dans les abysses profondes et sombres de nos nuits ,

Sur la chaussée qui avance dans la mer, à Dieppe , martelée par les eaux ,
Une immense fleur de vagues blanches étale ses pétales sur la jetée ,
Près d’un pistil coloré de vermeil , qui envoie la lumière , à son extrémité.

Jeanine Chatelain , 21 février 2018 .

 » Et dans la tempête et le bruit la clarté reparaît grandie  » 

Ruy Blas de Victor Hugo

Oceanus Procellarum ; (L’océan des Tempêtes, en latin Oceanus Procellarum, est une mer située à l’ouest de la face visible de la Lune. Son nom provient de la superstition selon laquelle le dernier quartier serait lié au mauvais temps. )

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/oceanus-procellarum-jeanine-chatelain/

Fév 21 2018

Devant son miroir – Sara Diluna

Un châle noir posé délicatement sur ses cheveux
Glissa légèrement en laissant apparaître
Son visage fin
Deux yeux marrons scintillaient de douceur
Le châle noir reposait à présent sur ses épaules
Comme pour lui donner un peu de chaleur
Ses lèvres en forme de coeur
Etaient roses de printemps
Elle repoussa sa longue chevelure en arrière
Et baissa soudainement les paupières
On aurait dit qu’une vague sensation de bien-être
Caressait tout son intérieur

© sara Dilune

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/devant-miroir-sara-diluna/

Fév 21 2018

Entre les bras de l’océan – Fattoum Abidi

Entre les bras de l’océan

 

Entre les bras de l’océan

L’île tremble,

L’hiver couve

De neige frileuse.

 

Les habitants

Leurs cœurs se balançant

Entre amour et peur,

Ils  vibrent pour la  quiétude.

 

Le vent siffle fort

Son souffle dépasse le bord

Du port plaisance, les oiseaux posent

Sur la voile du bateau, sont perchés.

 

Les moineaux de la destinée.

Emportent les songes

Sur leurs ailes d’un rêve,

L’île est rassurée par un chant d’une accalmie.

 

 

© Fattoum Abidi – 21.2.2018.

 


Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • avatar
  • avatar

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/entre-bras-de-locean-fattoum-abidi/

Fév 21 2018

En Route – Laac

Je roule le long des pâles pointillés

Scrutant l’horizon maquillé

De gouttes de pluie

Les cils mécaniques

Battent ma vue embuée

Vitres figeant mon monde

En maladroite aquarelle

Devant moi s’allument les feux

Verts de peur devant le futur

Je lève mon moteur du pied droit

Pour vivre au rythme de ma voiture

Mais derrière moi s’échappent

Soupirs et pensées s’évaporant à froid

                                           

          28.01.2018 – Laac Aban

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/en-route-laac/

Fév 21 2018

Citation 7 – Yves ABONA

L’homme est de tout ce qu’est l’état de son âme.

 

©2018 Yves Abona

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/citation-7-yves-abona/

Fév 21 2018

L’amant – Ketty Platon

Tu es l’amant aimant,

Sans les inconvénients.

Celui qui mange à sa faim,

Sans penser à demain.

Et qui fais attention,

Dès qu’il en a besoin.

Qu’importe la déraison,

Pourvu que ce soit bon.

De se connaître vraiment,

C’est jamais le moment.

Avant tout c’est la passion,

Et non pas la trahison,

Au coeur de tes élans.

De savourer ces instants,

En prenant du bon temps

Pour toi c’est ce qui est bien.

Tu oublies que les sentiments,

Qui n’étaient pas dans tes plans,

Peuvent jaillir à tout moment,

Et que d’une banale liaison,

Que tu croyais sans lendemain,

Peut naître l’amour, de ta fin.

 

© Ketty Platon – 21/02/2018 

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lamant-ketty-platon/

Fév 20 2018

Ne tirez pas sur le soldat ! – Claudette Tricoire

 

NE TIREZ PAS SUR LE SOLDAT

 

Ne tirez pas sur le soldat

Jeune encore

Mais déjà veilleur

Si fragile

Malgré son  uniforme

Si fragile

Malgré ses armes

 

Ne tirez pas sur le soldat

Ombre familière

Qui fait parti du paysage

Que l’on ne pense même plus

A lui dire “Merci !”

D’être veilleur pour nous

 

Ne tirez pas sur le soldat

Il tuera peut-être un jour

De mauvaises gens sans doute

Des innocents aussi peut-être

Mais nous lui avons remis une arme

Ne tirez pas sur le soldat

Il dort dans son bivouac

Ses rêves sont peuplés

De trop de combats

De trop de camarades tombés

 

Ne crachez pas

Sur la tombe du soldat

Il repose enfin en paix

La terre lui donne enfin

La paix qu’il voulait donner

 

Ne crachez pas

Sur la tombe du soldat

Il a veillé pour nous

Il faisait seulement pour nous

Ce que nous ne voulions pas faire

 

Repose en paix

Toi le soldat inconnu

Et pardonne-nous de là-haut

De t’avoir laissé mourir pour nous

Qui avons si mal servi la Paix

Prie seulement le Père des Cieux

Qu’un jour la terre trouve la Paix

 

©Claude-Marie T. – 19 février 2018.

 

 

 


Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • avatar

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/ne-tirez-soldat-claudette-tricoire/

Fév 20 2018

Je la trouvais mignonne – Sara Diluna

Ce soir, j’abandonne
Sur ma poltronne
Mon livre et mon i-Phone

Ce soir je veux danser
Avec mon amie Yvonne

Je l’ai rencontrée dans l’Hexagone
Cette douce russophone

Au début, je pensais
Qu’elle était un peu conne
Une cochonne, genre pigeonne

Pensez-vous !

Je me suis retrouvé seul avec elle
Dans les coulisses d’un opéra à Vérone
C’est là qu’elle a commencé à ouvrir ses ailes
De Paonne

Je ne savais plus que faire
Et je pensais très fort à ma mère

Moi qui ai toujours eu peur des matrones
Je lui ai dit : » Ecoute Yvonne, il faut que tu me pardonnes.
Je t’en supplie, ma Chérie, laisse-moi retourner
Dans le Lot-et-Garonne
Il faut absolument que je rentre là-bas
Pour consoler Bobonne
Et lui dire que je n’étais pas avec toi

Mais bien avec les nonnes »

©Sara Diluna

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/me-trouvez-mignonne-sara-diluna/

Fév 20 2018

fleur sauvage – khadija elbahar

FLEUR SAUVAGE

entre deux rochers je suis née;
fleur sauvage, avec un peu d’herbes..
qui m’a recouvert…..
mais rapidement l’herbe a disparue;
…….et je suis nue …; déshabillée…
en haut de la montagne, j’ai connu
la circonvolution de la vie….
étrangère dans mon pays…
sans ami sans famille…
.tout est un mensonge….
il suffit de fixer les yeux …
en position de face a face…
pour les piéger et intimider
j’étais en voyage sur le train de l’oubli..
ses rails sont de connerie et d’escroquerie..
comme la fleur sauvage entre les rochers..
hors main du jardinier…
en duel avec le hasard…
perdu dans les coins de l’infini
étrangère dans mon pays….
comme des bébés tortues…
sur le sable sont menacés;
entrain de joindre la mer…
loin des pélicans prédateurs…
sans force …sans défense…
dans une maison du haut en bas…
de stalagmite et stalactite…
de conglomérat aigu…épinglé…
au moment de déconcentration ..
le thorax ou le dos sera cicatrisé..
étrangère dans mon pays…

je contourne que des créations d’incertitude…
plus durs que des rochers….
mais entre certains rochers exploseront des rivières..
pour donner la vie ….et arrêter la soif…
et pour fleur sauvage entre rochers
c’est rien …que sécheresse..
.et les mains des passagers….
oubliés sans siège en attendant la pluie…
la pluie du hasard…ou on ne sait jamais…
qu’elle est arrosée…ou détruite…
par la main d’une bêtise…et écrasée…
et quelle vie de frustration entre les prédateurs..
comme une broque qui se sauve..
au coup de feu du chasseur….
c’est à cet état que ma continuité….
dans toute station……
de l’anonymeque ma vie est faite…
d’un giroflier d’ou -suis-je venue….
elle était rapidement récoltée…
en m’oubliant comme graine ;entre les rochers…

©khadija elbahar le 11 / 04 /2016

.


Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • avatar

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/fleur-sauvage-khadija-elbahar/

Fév 20 2018

Je ne peux m’arrêter de répéter la vie…. – Ilef Smaoui

Même si je ne vous ai rien ajouté
Même si d’mes vers vous vous en foutez
Je vous dis qu’il ne faut jamais se douter
Qu’il y aura encore joie à goûter
Que la vie ne cessera pas de vous envouter

Même si ce que je raconte est du bidon 
Même si dans poésie j’n’peux planter l’bourdon
Ne faites jamais abandon de pardon 
C’est le guidon pour qu’il fasse beau dedans 
Pour que cœur ne plante pas chardon

Même si c’est sans intérêt qu’vous me lisez
Même si mes vers ne sont pas cristallisés
Je vous dis qu’il ne faut jamais banaliser
Toute petite chose qui arrive à vous iriser
Ne laissez aucune chance partir se vaporiser

Même si mes poèmes vous les laissez choir
Même si je n’arrive jamais à vous émouvoir
Je vous dis qu’il faut toujours croire à l’espoir
De pouvoir se ravoir et garder le bon vouloir
La paix dans l’âme l’amour dans le cœur sont la vraie gloire

 

© Ilef Smaoui – 20/02/2018

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/je-ne-peux-marreter-de-repeter-la-vie-ilef-smaoui/

Fév 20 2018

A L’AMITIE – Yves ABONA

A L’AMITIE

 

A toi, par qui Dieu rendit la suite possible ;

Mes fers d’autrefois rompus, mon rêve

Oblique redressé, puis l’énergie invisible

Naquît des éclairs et fit de moi un glaive.

A toi, à qui mon âme pense avec soupir ;

M’aimer ainsi valait tout l’amour d’une vie ;

Imaginer tant de bien pour moi, ce désir

Bienveillant me hissait au-dessus des ennuis.

Devoir aimer, j’en fais aujourd’hui un droit.

Et nos peines qu’on menait devant la croix,

Sous le regard du Christ, sont alors nos forces.

T’aimer assez, pour moi, c’est t’aimer toujours.

Inoubliable tu restes, en tout instant qui court.

Notre amitié tiendra tête aux pires entorses. 

 

 © Mars 2015 Yves Abona

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/a-lamitie-yves-abona/

Fév 20 2018

Les veilleurs de la nuit – Fattoum Abidi

 

Les veilleurs de la nuit

 

Les veilleurs de la nuit

Ils veillent à la bonne

Marche de la poésie,

L’art ne se fait pas de souci.

 

Ils sont là comme

Des soldats, ils protègent,

Partagent, inspirent,

Les muses s’en réjouissent.

 

Leurs yeux sont grands ouverts,

Leurs cœurs sont des mélodies braves,

L’amour se faufilant leurs âmes lumière

Éclairent le flambeau des poètes prodiges.

 

Les veilleurs de la nuit

Se sont convenus sur la

Beauté des vers, des syllabes

Portant l’art du temps, les tourtereaux chantent .

 

© Fattoum Abidi – 19/02/2018


Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • avatar

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/veilleurs-de-nuit-fattoum-abidi/

Fév 20 2018

À quoi bon ! À quoi bon ! – Ketty Platon

À quoi bon ! avoir des tas,

qui font beaucoup de fracas,

Sans s’occuper de ton cas.

Quand le si peu que tu as,

Vaut bien mieux que tous ce tas.

Tous de vrais décombres,

Qui se comptent en nombre,

Mais lorsque tu tombes,

Et que tu sombres,

Ne vois pas ton ombre.

Par contre, dès que tu l’emportes,

Ils se bousculent à ta porte.

Nul besoin qu’ils te portent,

Ou comment tu te portes,

Du moment que tu rapportes,

C’est tout ce qui leur importe.

Ceux-là même font des tonnes,

En te disant que des bonnes,

Quand derrière toi ils déconnent,

En te prenant pour une conne

Pour enfin qu’ils t’abandonnent.

En final de compte,

Quand on fait ces comptes,

Tous ceux qui nous content,

Devraient  faire le décompte,

Et être laissés-pour-compte.

Quand le si peu que tu as,

N’as pas peur de tes éclats,

Ni même de ton état.

Que tu es ou que t’as pas,

Il s’efforce d’être là.

Ecoute ce que tu dis,

Et même s’il ne dit oui 

A toutes tes folles envies,

Sûr, il sera là pour la vie,

Plus que tous ces faux amis.

 

© Ketty Platon – 19/02/2018

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/a-quoi-a-quoi-ketty-platon/

Fév 19 2018

L’amitié sincère – Fattoum Abidi

L’amitié sincère

 

L’amitié sincère

Brode son amour,

Sur le canevas trésor

Le cœur vibre fidèle.

 

La silhouette de l’amitié

Se fait rare,

Dans nos jours, fidélité

Pleure-le,

Manque de main tendue

 Fait surface.

 

L’amour de l’argent

Oublie souvent,

 Les valeurs urgentes vibrent,

Les vertus éclairent.

 

Les soucis de la vie appellent.

Regardez-là,  la silhouette

De l’amitié

Accourt son ami  de cœur fidèle,

Son corps  s’est déséquilibré.

Et son cœur s’est réchauffé.

 

L’amitié sincère

Caresse, câline,

Un cœur en détresse,

La fidélité fut noblesse.

 

© Fattoum Abidi – 19/02/2018

 


Les utilisateurs qui ont aimé cet article :

  • avatar
  • avatar

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lamitie-sincere-fattoum-abidi/

Fév 19 2018

Nuages Marins – Laac

 

J’ai vu les nuages migrer

Longs corps nuancés

Avançant au gré

Du vent

J’ai vu leurs courbes

Déchirées comme du coton

Déniant les angles du peloton

Ils voyagent entre orages

Et caresses

Survolant presses et messes

Ces marins là n’en ont pas besoin

Libre de pleurer en toute seconde

Nourrissant le raisin

Et les nappes de ce monde

Amis du spleen

S’en allant aux marines

Grise hémoglobine

Désengorgeant mes yeux

En saignée fine.

 

© Laac – 06.02.2018 

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/nuages-marins-laac/

Fév 19 2018

Nos idées – Jehan Videcrir

Et nos idées.

 

Et nos idées

Se volatilisent dans l’air

Comme cette brume indéfinissable

Comme cette fumée grise

Sortant de cette cheminée

De l’âtre de ce foyer vivant…

Mieux vaut les écrire

Les dire

Les enregistrer

Les dessiner

Les chanter

Les jouer

Les peindre

Les sculpter

Et elles vivront au-delà de ce feu…

Qui ronge

Son créateur.

Nos idées, c’est cela,

Communiquer à autrui

Pour les transmettre

Et qu’elles grandissent

Comme un enfant qui plus tard

Sera adulte…

L’idée

A son tour

De la pousse passera

Au stade de plante

Dont sa fleur portera

Toute la sagesse

Offerte ainsi

Par ce pollen mémoire,

Ce pollen voyageur…

 

Jehan Videcrir

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/nos-idees-jehan-videcrir/

Fév 19 2018

Le Lit à Baldaquin – Sara Di Luna

Le lit à baldaquin
Attendait quelqu’un
Les heures s’écoulèrent
Sans que personne ne vint
Le lit n’en revint pas et espère
Des journées entières s’écoulèrent
Personne ne m’a jamais posé de lapin
Pensait le lit en colère en vain
Alors, il prit un verre de vin
Et bu jusqu’au lendemain
Soudain
Une lapine
Enfin
Baldaquin
Vient de trouver une copine

 

© Sara di Luna 19/02/2018

 

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lit-a-baldaquin-sara-di-luna/

Articles plus anciens «