«

»

Août 08 2018

Imprimer ce Article

Prose de liberté – Lucye Raye(Lucie Mayot)

PROSE de liberté .

             Mon amour,

Oh ! Mon amour, écoute-moi !                                                                                                                                                            Celà fait bien trop longtemps que tu es là-bas !                                                                                                              Mon cœur chagrine sans toi ! 

Mes bras se joignent à l’univers pour te soutenir dans les décombres de ta vie 

Tes chansons de résistant seront toujours assouvies :

Elles t’apaisent et nous arrivent en écho avec la lune de minuit .

Tu es dans une cave ! Trop de noir te submerge 

Je t’attendrai quoi qu’il advienne sur cette berge .                                                                                                        Non, n’écris pas ta dernière lettre, 

Laisse tes yeux sur ce mince filet de fenêtre.

                                                                                                                                                                                                                                    Les bombes ont disparu , il n’y a que le silence ! 

Non, ne sois plus dans la souffrance !

Nous sommes ta délivrance .

Respire encore … Fredonne ce chant immémorial de métaphores ,

Même s’il y a de la sueur de sang qui s’écoule de tes pores .

Mes mots résonnent dans ta tête et comme Apollinaire 

Tu m’écriras sur une fleur invisible à l’endroit à l’envers ! 

J’ai cette lumière et de mon seul rayon, je te retrouve derrière un barreau !   Tu regardes par dessus le toit comme Verlaine ! Tu parles aux oiseaux de passage car le printemps est déjà loin et avec cet été, un seul nid s’accroche à une branche, les œufs sont à peine chauffés car la mère en détresse cherche de l’herbe dans ce champ de désert . L’automne va revenir et le rougeoyant des feuilles vont rougir tes missives ! Tu es emprisonné de ton corps mais pas de tes pensées ! Tu écris dans le carré de ta geôle au charbon, chaque espace est noirci de tes désirs .                                                                                                                                                Revoir le ciel, le soleil et ta terre !

Oh! Mon amour ! Je regarde la mer :

Je hurle avec tous ses horizons !                                                                                                                                               Ton fils est près de moi et me pose des questions ! 

– Où est-il mon papa ?

 – Il est dans un pays en guerre :                                                                                                                                                        Il a filmé des blessés devant une ruine vierge et révolutionnaire!                                                               Il n’a pas volé, il n’a pas tué : De ses doigts, avec de la poussière encore ensanglantée, il a peint le mot liberté sur la cloison effondrée et il a tout diffusé. Il a été arrêté pour une peinture libérée pour que le monde sache la vérité ! Il a fait son métier ! Ton père, grand reporter, nous reviendra solide comme la pierre ! 

Et il pleure, ses larmes d’enfant s’unissent aux mousses blanches de la vague.

Le flux et le reflux s’harmonisent à ma prose . 

Bientôt, il n’y aura plus de cris ! Tu m’offriras des roses. Ton fils de ses dociles mains confectionnera des colliers de pétales de bougainvilliers fraîchement cueillis ( les rameaux avec les épines seront brûlés pour ne pas te blesser ) :  il te les mettra autour du cou pour te parfumer . 

Ce panier de nacre sera orné de nos lettres bien conservées avec des perles des îles lointaines .

Ton retour sera applaudi sur la grande place de la ville et on détachera ta photo sous tous les drapeaux . Ils ne seront plus en berne . 

Nous t’attendons avec la liberté dans nos coeurs  !

LUCYE RAYE .

Je prends encore le risque sur une pente glissante d’engager ma plume pour qu’elle se pose sur les barreaux des prisons pour tous les hommes , femmes emprisonnées injustement. C’est le bon moment de voter les étoiles de partager . N’attendez pas que cette lettre soit sur l’océan dans une bouteille , elle échouera sur un rivage abandonné , récupérée par quelques individus , hélas illettrés ! On sera proche de la fin de l’humanité !

.
Merci de votre lecture . CLIQUEZ LE LIEN POUR VOTER
http://www.liguepoetes.net/prose-de-liberte/

3+

Biographie LUCYE RAYE
Marie Lucie Mayot Crescence( Poétesse) : J'écris depuis mon enfance sous le pseudonyme de Lucye Raye née le 4 avril 1954 à Cilaos Île de LA REUNION (974)
10 recueils en autoédition Blurb (vente en ligne numéro ISBN )
dépôt à la BNF
3ème de classement de la ligue des poètes 2017
2ème de classement des poètes de la ligue des poètes 2016
Correspondance de poésie en liberté océan indien (concours de poésie pour les jeunes) depuis 2015 !
Mon site depuis février 2015 https://www.lucyeraye.fr
Participation pour le livre " Réunion vue de l'espace " en 2014
Photos de l'astronaute Pavel Vinogradov
1er prix de poésie CRDP Polynésie en 2009
Retraitée de l'Education nationale
Chevalière des palmes académiques

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/prose-de-liberte-lucye-rayelucie-mayot/

6
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
Lucye Raye(Lucie Mayot Crescence )Jeanine Chatelain (Belle des Bois)Fattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Jeanine Chatelain (Belle des Bois)
Membre
Jeanine Chatelain (Belle des Bois)

Superbe texte, merci Lucye, amitiés, un max d’étoiles

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bonjour mon amie Lucye j’ai lu ton texte avec tant d’émotions, il y a proverbe tunisien qui dit’ La prison forge les hommes’ et ton homme a fait son devoir en qualité de journaliste reporter. On paie trop cher notre engagement vers une nation, vers une opinion.
mes prières vous accompagnent tous les trois
mes amitiés
Je passe voter
Agréable journée bisous.
Fattoum.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE