«

»

Jan 15 2019

Imprimer ce Article

Philomèle – Gil gamé

Philomèle

Il portait sa femme

Sur l’épaule,

Elle portait l’enfant

Dans son sein.

Il tirait la rame

Vers le môle,

Elle rythmait le chant

Des marins.

Il jouait sa vie

Comme un rôle,

Elle aimait le vent

Comme un bien.

Il fuyait l’envie

Comm’ la geôle,

Elle mordait ses ans

Comme le pain.

 

Il y a mille fois longtemps

Qu’Il et Elle

Attendent

Il y a mille fois longtemps

Qu’Il et Elle

Attendaient l’Enfant

 

Il portait sa joie

Au visage,

Elle chassait l’amour

Sur les vagues.

Il dictait sa loi

Aux orages,

Elle comptait les jours

Sur les algues.

L’Enfant fit son cri

Sur la plage,

Sur le goémon
Du rivage,

Il et Elle ont dit

Qu’elle est belle,

Nous l’appellerons

Philomèle.

 

Il y a mille fois longtemps

Qu’Il et Elle

Attendaient

Il y a mille fois longtemps

Qu’Il et Elle

Attendaient l’Enfant

 

Il porte l’Enfant

Sur l’épaule,

Elle serre l’amant

Sur son sein.

Il tire la rame

Vers le môle.

Elle chante la flamme

Des marins.

Tous trois se disent

Des mots drôles,

Tous trois se sourient

Pour un rien.

Presque furtiv’ment

Ils se frôlent,

Sous le firmament

Ils sont bien.

 

 

Il y a mille fois longtemps

Qu’Il et Elle

Regardent

Il y a mille fois longtemps

Qu’Il et Elle

Regardent l’Enfant

 

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/philomele-gil-game/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE