«

»

Nov 18 2018

Imprimer ce Article

Petit âne – Martial Havel

Si j’avais un cheval, un beau cheval agile,
Je traverserais les mers
Et j’irais vers toi.
Mais de beaux chevaux
Il n’y en a plus guère.
Ils tournent dans les cirques
Avec des plumes dans le dos
Comme les danseuses des Folies Bergère
Ils promènent la garde républicaine
Sur les Champs Elysées le 14 Juillet.
Il y en a bien quelques uns
Dans la campagne, près de chez moi.
Ils viennent d’Espagne ou du Portugal
Prendre quelques kilos
Avant de finir leurs jours
Dans les abattoirs de l’Europe.

Tous ces chevaux ne sont pas prêts
A affronter les mers,
Ils manquent d’exercice.
Et leur demander serait se moquer d’eux.
J’avais connu, il y a bien longtemps
De beaux chevaux qui auraient pu
Faire le voyage.
De beaux chevaux normands
Bien larges, musclés, toujours souriants
Qui vivaient toute l’année dans les champs
Nous emmenaient à la messe le dimanche
Et le mardi au marché.
Avec eux, nous volions vers des plaisirs
Tous simples.

Ils ont disparu dans la campagne désertée.
Dans les westerns et en Camargue
Il y a aussi de beaux chevaux
Mais c’est du cinéma et je ne crois pas
Qu’on puisse compter sur eux.
Tu vois, ce n’est pas facile
De traverser les mers
Et de venir vers toi.
Pour en finir, je vais être obligé
De demander son âne à mon ami Marco,
Un bel âne tout jeune
Pareil à celui de l’Evangile
Qui fit entrer Jésus à Jérusalem.

Personne ne sera là
Pour jeter des palmes sous nos pas.
C’est vrai que des palmes dans la mer
Ca ne fait pas sérieux.
Seuls les dauphins
Nous feront une haie d’honneur.
Et je trottinerai ainsi vers toi,
Dans le vent et la brume
Vers toi, mon dernier amour,
Sur une mer tantôt agitée
Tantôt reposante
Vers toi, mort éblouissante
Retardée quelque peu
Par un âne malicieux.

©Martial Havel

 

©

1+

Après avoir connu plusieurs vies, d'abord à Paris, dans ma jeunesse, puis comme officier de marine sur de gros pétroliers, dans le Médoc ensuite, en qualité de fonctionnaire puis de chef d'entreprise, j'ai posé définitivement mon sac à La Rochelle, lorsque j'ai pris ma retraite.

Marié, père de famille, divorcé, j'ai connu longtemps la solitude avant de retrouver la joie de l'amour. A proximité de la mer dont je ne peux me passer, entouré de nombreux amis, j'ai rassemblé dans un premier recueil intitulé "Ebauches" des poèmes écrits au cours des dernières années. Ces textes parlent de l'océan, de la solitude, de l'amour et sont agrémentés de quelques fantaisies sur des sujets divers.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/petit-ane-martial-havel/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Anne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

De beaux mots vrais .
Moi je trouve que l’âne vaut largement le cheval et de loin.
ANNE…