«

»

Oct 19 2019

Imprimer ce Article

Perdu de vue – Philippe X

.

Perdu de vue

    La folie douce est un échappatoire indispensable à mon équilibre déjà bien précaire….et en parlant de précarité, il paraît qu’ on ne prête qu’aux riches.

    Pas grave….le royaume des cieux m’est ouvert, car sur la pancarte sont inscrits ces mots du divin : Heureux les pauvres d’esprit, le royaume des cieux leur est ouvert.

    L’autre jour, je me suis rendu en la Sous préfecture d’une bourgade du centre de «n’importe où » il y faisait bon mourir d’ennui, du moins c’est ce que gazouillaient les oiseaux avant que d’aller se cacher pour mourir.

    Ce gentil petit cimetière qui humait bon la poussière et les souvenirs enfouis, portait en lui tous les désespoirs d’une nation en quête de résurrection .

    A cette heure du potron-minet à laquelle le minet poli lape son lait, j’ai été étonné de constater qu’une file d’attente de S.D.F s’était formée au guichet.

    Exceptionnellement ce jour était réservé à la réception des S.D.F, ou des personnes Sans Difficultés Financières.

    Que venaient-ils chercher en ces lieux, l’espoir d’une vie meilleure, histoire d’être prétendant à une quelconque manne que distribuerait un plus riche qu’eux ?

    Ils étaient logés à la même enseigne que les propriétaires d’intestins paresseux, (c’est à dire les -sans papiers toilettes- en transit intestinal) à la résidence «Des  Sans Soucis », que des Lapins Crétins louaient à de pauvres gosses de riches, par le biais d’une agence dont le nom était très révélateur du milieu dans lequel leurs parents évoluaient.

    Cette agence « FOURRE MOI SEC », sponsorisée par « comme j’aime », avait le vent en poupe , son flag était 2 phoques se tenant par la main, fraternité oblige.

    Son but était de rendre égaux tous les humains sur cette terre …mais les mâles étaient plus égaux que les autres…..bizarre non ?

    L’entrée se faisait donc par l’arrière boutique.. L’administration et Kafka… c’est du Kif au même.

    Sur la pancarte on pouvait lire : 

    Rêves perdus : ” service ouvert tous les jours- sauf du lundi au samedi –’

    Rêves trouvés : ‘‘ service ouvert en dehors des heures de fermeture –”

    ” Pour tous renseignements, contacter le service des renseignements, ouvert tous les jours de la semaine sauf les Lundi, mardi, mercredi, jeudi, et vendredi -”

    Les week-end, le service sera exceptionnellement fermé – merci de votre compréhension.”’

    Un individu avait osé écrire à la place du -R– de réception, un –D– ce qui laissait à penser qu’il avait bien compris le fonctionnement de cette administration:

DÉCEPTION au lieu de RÉCEPTION.

    Une fois pénétré dans ce haut lieu consacré à la recherche du temps perdu, j’ai croisé nombre de personnes qui semblaient être préoccupées par le fait de ne pas marcher sur leur propre ombre.

    Seule ombre au tableau, il n’ y avait pas de lumière dans le couloir.

    Elles soliloquaient en regardant le sol, les mains dans le dos, courbées sous le poids des heures qui passent , comme le ramasseur de champignons.

    Feignant de ne pas m’entendre leur poser la question qui dérange «excusez-moi, je voudrais un renseignement ».

    Une seule personne m’a répondu, c’était un homme qui appartenait aux éditions du « CHERCHE MIDI », comme cadeau de départ à la retraite, son chef lui avait offert une montre à gousset dont le cadran ne comportait pas de douzième heure.

    Depuis près d’une semaine, ce retraité tentait en vain de sortir de ces lieux…. Il cherchait « midi à sa porte ».

    « vous voulez un renseignent ? Eh bien servez-vous ! »

    «  oui mais….où ? »

    « Ben que diable.. au service des renseignements  des rêves retrouvés. Fermez bien la porte en sortant il y a des rêves enfuis ».

    Il y avait pèle -mêle toutes sortes de formulaires, correspondant aux divers rêves perdus.

    Retrouver les rêves partis en fumée, les irréalisables, les rêves tout éveillés, caresser un rêve avec une créature de rêve….

    Mais la réalité dépassant la fiction, il me fut bien aisé de me rendre à l’évidence.

    Les formulaires étaient rédigés en «langue xyloglotte »

    Un ouvrage, qui soit dit en passant par la Lorraine avec ses sabots, permettait la traduction de la langue xyloglotte. . (du grec ‘langue de bois ) était mis à la disposition des administrés de « Plume de Poète ».

    Cet ouvrage incompréhensible par le grand public était l’œuvre de Mister RENARD dit : « SATGE le vieux Rusé » il proposait le mot ‘‘dodécahoroportospecter” à la place de cette expression.
    Il est bien connu que, quand on regarde à sa porte, on portospecte. Et quand on connaît le nombre de faces d’un dodécaèdre, la compréhension de ce mot à facettes (comme en témoigne une drôle de Dame : Farah FAWCET ) coule de source.

    Les possesseurs de rêves perdus ne les retrouvent jamais et continueront le nez en l’air à rêver à l’inaccessible étoile.

    Déçu je le fus.

    Qu’aurait-il fallu à tous ces hurluberlus….

    Ils confondaient « rêver » et « rêvasser ».

    Rêvasser, c’est laisser la place à l’à peu près, au hasard, à la volonté des autres.

    Rêver c’est avoir les pieds sur terre et la tête dans les étoiles…. et avancer.

 .  

     ©Philippe X – 19/10/2019

.

4+
En roue libre | [email protected] | Site Web

'' nul n'est prophète en son pays''...c'est pour cette raison que je voyage.
''Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit.''...vous êtes mes invités, au banquet de la littérature....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/perdu-de-vue-philippe-x/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Christian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Christian Satgé
Membre

EX-CEL-LEN-TI-SSI-ME, cher Loup. ce texte est une pièce pièce d’orfèvrerie ciselée de main de maître qu’il faut lire et relire pour en savourer tous les parfums. Je suis baba, quoique n’tant pas à Rome, et… jaloux comme un renard à qui on aurait pris la poule qu’il vient de voler ! Continue dans cette veine, tu viens de trouver un sacré filon, l’ami…

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE