«

»

Déc 01 2019

Imprimer ce Article

Paroles de palais – Christian Satgé

Petite fable affable d’après Le singe et le perroquet d’Alphonse Allais
Dans un palais des Mille et Une Nuits,
Un singe et un perroquet crevant d’ennui,
Avaient conçu, entre eux, comme un éternel rite
De mesurer tout haut leurs personnels mérites.
« Moi, disait le singe, je fais mille grimaces 
Comme l’homme, et pareil à lui me déplace
Sur mes postérieures et gesticule fort.
Et, plus, j’ai mains qui me font adroit sans efforts
À l’image de mon maître à qui tant je ressemble.
 
– Moi, faisait le perroquet, à ce qu’il me semble
Je n’ai pas cette sotte prétention-là !
Mais je possède de l’homme, grâce à Allah,
Ce qui lui donne tout droit sur l’animal,
Son seul apanage : la parole. Et sans mal
Je puis dire des vers et chanter en musique.
 
– Je peux jouer la pantomime avec mes mimiques !
Riposta le singe piqué… Et costumée !
 
– La pantomime ? ricanait l’autre emplumé
 C’est un art inférieur pour cabots aphones !
 
– Un art inférieur ! s’indignait Fagotin.
C’est mère du théâtre, espèce de crétin,
Et du cinéma que tant prisent tous les Hommes. »
Dès lors, le singe tenant pour le Geste, en somme,
Et le perroquet pour le Verbe, comme un Saint
Livre, on disserta fort pour savoir, à dessein,
Lequel des deux était supérieur à l’autre
Et, de l’Humanité, le plus proche apôtre.
Hélas, la querelle prit des proportions
Démesurées et nos bêtes par leur passion
Furent bien près d’en venir des mots aux… pattes,
Nos deux plaideurs étant devenus névropathes.
« Vous grimacez ! Peuh !… Moi, je parle ! répétait
Le perroquet buté, perché sur son étai,
Encore et encor’, sans plus creuser ses méninges.
– Tu parles, tu parles,… opina enfin le singe ;
Et qu’est-ce que je fais, espèce de dément,
Depuis une heure planté comme une sphinge,
À discuter ainsi, avec toi, bêtement ? »
© Christian Satgé – octobre 2019
2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/paroles-de-palais-christian-satge/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Sourire… Bien mouché le perroquet et paf dans son bec..
Bravo de ce duo bien mené..
ANne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE