«

»

Oct 13 2017

Imprimer ce Article

La paresse – Hervé Outil

Résultats de recherche d'images pour « peinture sur la paresse »

La paresse conduit l’onirisme vers de lointains espoirs.

Devoirs vains, sagesse en berne, calvaires en peine.

Qu’y puis-je ? Rien. Je me repens de tant de vague à l’âme.

Mais que dis-je ? Non. Je suis empli d’une quiétude.

On ne s’en départ pas. L’éveil de mes sens ne mène nulle part.

Langueur de mon âme terne et monotone,

Les sentiments s’en vont dormant jusqu’au bout de la nuit.

Ma conscience se dissoud dans un bain de jouvence,

D’où mon esprit ne peut se départir, et partir

A l’aventure, de chimères endiablées.

Elles vont, elles viennent, elles se démènent, et moi,

De mes yeux vides, je les observe.

Et je me mets à rêver, rêver et rêver. De quoi ? De rien.

De ne rien faire. C’est extraordinaire la paresse ! Ca nous perd,

Ca nous prend, ça nous transporte, ça nous emmène,

Puis ça nous conduit vers des chemins sinueux, rectilignes.

Tout et son contraire, mène au même endroit: le caveau familial.

Qu’importe, l’important est que notre conscience

Ne soit plus en soi ni en vérité. Elle est en état de chaloupement,

De chavirement, où même de flotaison, voir même de lévitation.

Et quelle est la différence ? Aucune. Ces deux états appartiennent

Chacun à leur manière, au domaine des illusions, des apparences…

Je suis, je ne suis pas. Le vide me transporte, me berce, me chavire.

Il tourne et se détourne de toute réalité, de la vie, de chaque renonciation.

Quel bel état que la paresse ! Je m’y sens comme un poisson dans l’eau.

Comme un ange dans les nuées, comme Mefisto dans les nuées ardentes.

Car tout existe : tout et son contraire. Et rien n’existe. Nous sommes

Les quatre éléments à la fois, qui se dissolvent dans la nature, qui ,

D’elle-même, disparaît.

En fait, elle n’a jamais existé. Elle est illusion d’optique.

Nous sommes tous des hologrammes, qui vont , qui viennent,

Au grès du vent, des anticyclones, des dépressions : des médiocres.

C’est intéressant la paresse.

Nos sensations s’en vont dormir,

Jusqu’au bout de la nuit.

Mais que dis-je encore ?

Je ne dors pas.

Je suis en état d’éveil.

Le soleil brille dans mon cœur.

Il ne va pas tarder à se coucher.

C’est intéressant la paresse,

Quand on se réveille,

On pense n’avoir jamais : E.X.I.S.T.È…

©2017 -Hervé Outil

0

Né à Plancoët en Bretagne le 30 décembre 1960, Hervé Outil a obtenu une maîtrise de sociologie mention anthropologie, à l’université Paris 8.
D’abord postier au centre de tri de la gare Saint-Lazare pendant huit années, il devient ensuite instituteur puis professeur des écoles en Seine-Saint-Denis durant quinze ans. Il enseigne aujourd’hui et depuis dix ans, au Moule, en Guadeloupe.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/paresse-herve-outil/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE