«

»

Juin 24 2017

Imprimer ce Article

Oxydation – Thierry Tougeron

Dans les couloirs des pensées enlisées
Les crevasses de Rolando ouvertes
Par saccades impulsives, battements d’un cœur fatigué, s’élargissent
Tels des précipices
Chutent lourdement les idées, les mots, le passé, l’avenir, les images des vivants…

Mais les mots s’envolent, nuées de papillons détruites par le vent dans les branches des terminaisons nerveuses. Ils retombent inertes dans le doux tapis des cellules gliales nourrissant les axones avec tout les débris humiques. Le recyclage permanent des réseaux sémantiques fait disparaître à jamais ces offrandes mal ficelées à la vie, au réel du papier dont les fibres cellulosiques garderont pour une éternité ceux qui ont été gravés à l’encre de Chine, encre de sang, encre des cœurs, pourvu que le contact avec l’air ou les moisissures soit évité.

Les écrits s’envolent, transportés par les cœurs et les âmes soudées par ces métaux lourds des pixels. Ils pénètrent le ciel infini où la rencontre se fait réelle, extase infinie au milieu du cosmos où l’on peut se perdre bien sûr, mais où les textes se retrouvent et s’enlacent, se complètent dans une jouissance indescriptible, tels des corps somnambules trahissant le désir et la passion étouffés par le granite.

Les mots écrits sont gravés pour l’éternité sur la silice
Inoxydable, plus dure que du roc
Les corps exposés finiront par disparaître dans la terre
Oxydante, qui décomposera tout

Thierry Tougeron, La Rochelle.

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/oxydation/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Thierry TougeronOliver Delabre - (Delloly) Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Oliver Delabre - (Delloly)
Modérateur

Thierry, merci pour ce texte, demandant relecture pour réflexion !

je me permets de vous poser une question ;
ne serait-il pas plus opportun d’employer le participe présent ?

……Tels des précipices
Chutent (=chutant )
…….et s’enlacent, se complètent (=se complétant) “&” les axones avec tout les débris (=tous)
….les cœurs et les âmes soudées (=qui est soudé?)

n’oubliez pas de poser votre nom à côté du titre (je l’ai mis)

cordialement
OL

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE