«

»

Août 16 2018

Imprimer ce Article

…Oublié.. un peu …- Delloly

Vous m’avez oublié.. un peu
embarrassé de la Vie qui court
celle amenant soupirs et angoisses
celle qui Nous a vus naître
un jour un mois une année
du plaisir de metre au Monde
la vie la voir grandir et aimer
du plaisir de croire à l’espérance
que cette vie naissante ressemble
à vos rêves d’un Temps de légendes
apprises retenues déshabillées
de leurs déconvenues donnant l’espoir
du demain à votre mesure

Vous m’avez oublié.. un peu
…dois préciser qu’au sein de huit milliards
point de Temps Vous est attribué ou si peu
pour rire partager un Temps sans soupir
loin du quotidien opprimant désir ;
Ô.. comprends votre désarroi de l’instant
croyant pouvoir acter une pensée
au demain sans imaginer l’oubli
le monde fuit si vite de ses vices
que la fantaisie d’un moment de délasse
auprès d’êtres aimés devient puéril
face au “que deviendra-t-on demain
même si l’empreinte de cette angoisse
est irréelle à l’échelle humaine

Vous m’avez oublié.. un peu
Ô..le reconnais com’ ai pensé l’avoir acté ;
les jours passent comme les mois s’oublient
point ne Vous en veux ni reproche
juste un fait plus la vie s’allonge
plus les aimés s’oublient faute de temps
pourtant guère de temps d’un jour
nous n’avons eu plus que nos ancêtres ;
certes la télé les jeux vidéo les soldes
occupent notre vie à chacun parfois
et la semaine passant l’on oublie
même son cœur à défaut de respirer
faute au rêve n’apparaissant plus
faute au sommeil ne se reposant plus
faute à la vie nous privant des nôtres
aux moments où l’Adn crie famille

Ô.. ne Vous déplaise la vie s’oublie
plus la vie se rallonge plus le temps
Nous prive du temps de comprendre l’autre
ne reste que quelques contes et légendes
souvent énoncés amèrement devant stèle
à défaut de croire en ses paroles
juste par défaut et ignorance du temps
de l’oubli d’êtres pourtant aimés
de croyance qu’énoncer vèpres
donnera nuance à l’oubliance et pardon
d’avoir pensé qu’avec le temps
les erreurs s’oublieront comme le vent
comme la vie d’êtres ayant vécu
différemment de la sienne un jour
ce qui est un paradoxe étant humain
mais à force on oublie de l’être

Ô.. rassurez-vous… m’est arrivé d’oublier
jusques aux nouvelles de votre vie
la faute aux vents et marées peut-être
la faute de la vie et sa structure sans doute
Nous poussant à suivre une route différente
jusques à oublier le principe de la vie
que nous existons d’une chaîne d’Adn
qu’il ne faut pas briser du risque à disparaître
comme une histoire lue parcourue un jour
comme un paysage traversé lors d’un voyage
parfois ce côté humain semble s’être évaporé
ressemblons plutôt aux fourmis ignorant la voisine
le temps de parfaire son travail loin de belle vie ;
pourtant hormis la famille que reste-t-il
des images moirées de vies secrètes
de vies faussées Nous attachant à un fil d’ariane

Qu’attendons-nous l’espérance devrait être l’oriflamme de nos cœurs à tendre la main à l’Adn
celui que créateurs Nous ont offert de l’Amour ;
pour survivre commençons à ne pas oublier

 ©……oublié.. un peu…
© (P)-16/08/18 à YouC (libre) You49

4+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/oublie-un-peu-delloly/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
DellolyFattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bonjour Oli merci pour cette belle lecture matinale où vous évoquez l’oubli, les choses de la vie, la famille et les autres. Oui l’oubli nous fait travailler la pensée. Puisque l’être humain est un être social. Il veut être entouré par ses similaires. Dans la vie il y a des moments joyeux et d’autres malheureux et c’est ainsi pour chaque être sur terre.
Très beau poème touchant et profond, très belle méditation sur l’oubli et les relations humaines, bravo et encore merci
Agréables journée
Mes sincères amitiés
Bises
Fattoum.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE