«

»

Sep 23 2018

Imprimer ce Article

Ombre et Lumière – Marie Combernoux

Résultat de recherche d'images pour "photo d'ombre et de lumière"

OMBRE ET LUMIERE

Sur le sentier, devant nous, nos ombres s’allongeaient au fur et à mesure que nous avancions et que la lumière du jour baissait. Ce matin, quand nous marchions côte à côte, nous étions tout petits, invisibles à nous-mêmes, notre ombre n’existait pas encore.

Et puis, tout doucement, elle est arrivée, minuscule tâche noire sous nos pas, elle s’est agrandie au rythme de notre marche.

Au soleil couchant, nos ombres nous avaient dépassé, dominé, nous étions engloutis par elles, comme par des vagues déferlantes.

A la nuit tombée, nous ne les apercevions presque plus, nous étions happés par cette noirceur qui nous avait avalé avec elles.

Nous n’étions plus rien, qu’une seule et même ombre parmi les ombres, nous faisions partie de la nuit, du chemin, de l’invisible.

A la vue d’une étoile, le noir devint bleuté, loin du bleu horizon que l’on voit au-dessus de la mer, un noir bleuté de profondeur de lac. Nos ombres se mélangèrent à l’eau, se noyèrent dans la nuit. Les étoiles s’allumèrent une à une comme si elles s’appelaient et plus elles étaient nombreuses, plus les ombres renaissaient. Elles avançaient dans la nuit, telles des fantômes autour du lac, gelé au petit matin.

Au bout de cette nuit étrange, le soleil qui s’était levé doucement, fit éclore de nouvelles lueurs étincelantes en dardant ses faibles rayons sur la glace. Le lac endormi reprit vie petit à petit, ses cristaux fondant lentement. Le vent, d’abord glissant sur le sol gelé, devint plus fort, provoquant des vaguelettes sur la surface en fusion. Une vapeur s’éleva au-dessus du lac, comme une auréole, laissant accroire qu’un ange s’était noyé là…

Rapidement, ces phénomènes s’estompèrent, le paysage redevint ordinaire, les oiseaux se mirent à chanter, quelques gouttelettes tombèrent sur le sol gelé et nous tirèrent de notre torpeur.

Nous reprîmes le chemin glacial en cette matinée d’hiver, en sens inverse, et au fur et à mesure que nous avancions, fatigués par cette longue marche, nos doigts gourds se réchauffaient. Nous étions guidés par la dernière étoile du matin qui s’attarde longtemps à l’aurore, tels les Rois Mages venus du bout du monde.

Bientôt, le phénomène des ombres se reproduisit. Nous les retrouvâmes, au fil de notre marche : toutes petites, puis géantes, suivant les mouvements du soleil. Nous savions que ce soir nous serions de nouveau engloutis par cette force invisible.

 

©marie Combernoux

2+

je ne suis plus une jeunette, je suis née le 3 Avril 195....et quelque, j'ai été élevé jusqu'à mes 12 ans à Caussade (82) par mes grands parents , qui étaient agriculteurs et négociants en fourrage, j'ai été élevé entouré de nature, d'animaux de basse-cour, d'un jardin, et j'ai aussi appris l'occitan car entre eux mes grands parents le parlaient. Après 12 ans de bonheur , je suis allée vivre àToulouse, avec ma mère et son mari. A partir de là, ce fut une autre histoire.... je viens d'écrire un libre de nouvelles, réelles et fictives, et de poésies, j'attend sa sortie. Voilà un peu de moi, mais vous ne savez qu'une partie de ma vie riche et cahotique à la fois Bien cordialement.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/ombre-et-luliere-marie-combernoux/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Christian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Christian Satgé
Membre

Un joli regard posé sur ce sombres qui finissent par nous happer…

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE