«

»

Août 11 2017

Imprimer ce Article

Ô Toi l’Humain… – Delloly

Matin : “il est” Parfum qui s’absente ;
La nuit : “vit” blanche Voix qui m’enchante ;
Que n’ai-je pu : Vous sauver mon Frère
De tourments délivrés par l’Enfer !

Ô.. Toi l’humain, en ce jour de juin
Ayant décidé du Sort d’un frère,
Te crois-tu à l’abri sur cette Terre ?
Ne crains-tu pas jugement de Fin ?

Ô.. Toi l’humain, Juge des “trois jours”
Tu as osé le dénigrer : Seul
Il se noya de ses Amours,
Fier des souvenirs et de leur feule.

Ô.. Toi l’humain, gradé sans respect
Combien as-tu meurtri en besace ?
Juste par plaisir  Ô.. d’un Rejet ;
Le Tien qui chaque soir vous tracasse.

Ô.. Toi l’humain, l’Erreur militaire
Croyant légitim’ puisque gradé
Ignorant jeunesse réfractaire
Jusques à tuer fragilité.

Ô.. Toi l’humain, faux croyant de Vie ;
“Point Dieu Tu n’es” : Ô.. l’as tu pensé
Au moment du choix de l’exuvie
Pour ce frère si doux, si sensé.

Ô.. Toi l’humain, plongé dans l’ennui
Scrutant bidasses et origines
Jusques à procurer de l’Honni ;
Tu déshabilles la Vie divine.

Ô.. Toi l’humain, haïssant pensée,
Se délectant des jours d’obédiance
Où tu parais Chef de l’inconscience ;
Tu as brisé ce jour d’offensée.

Ô.. Toi l’humain, vois ses fiers parents
Mourir du chagrin Ô.. de Votre Honte
Décidant du sort pour différends
Sur l’intelligence : “pas votre Monde” !

Ô.. Toi l’humain, l’ayant envoyé
En Rhénanie com’ pour le punir
Et le fendre d’un cruel souvenir ;
Sois en sûr, l’Epée t’est avoyée !

Ô.. Toi l’humain, tu t’es tant moqué
De sa Maman déportée un jour
En vil Pays d’Oder sans amour ;
Honte à ta vie, celle d’un toqué.

Ô.. Toi l’humain, brisé est mon cœur
Celui d’un frère cherchant l’Ami
Matin et nuit où se meurt Bonheur ;
Cachez-vous du regard ennemi.

Ô.. Vous l’horreur, j’ai changé d’orbite
Ce “Dix Janvier”  fixant le Cercueil ;
Qu’importe ma vie : parfum de deuil
Me fait haïr “your” vie de Termite

Ô.. Vous noirceur, que faisiez-vous donc
Ce jour où Terre recouvra mon frère ?
Sans doute feigniez-vous l’amour : onc !
Pensez ! Vous aimez tant vous distraire.

Ô.. Vous cher idiot, si Dieu est, lors
Selon Tables, l’Enfer vous sera
Ce Livre de chevet, des remords ;
Sans Dieu : “mauvais sort” se servira !

Ô.. Vous l’aigri, nul Pardon fuira
De mes limbes : “Êtes lâcheté”
Derrière des galons sans clarté ! ;
Larme sans vie me fréquentera.

Ô.. Vous “la chose”!  je vous dégrade
Du titreHumainmourant en noyade !

Las ! n’ai pu l’en sauver, mon doux Frère;
Nuit : seul rêve à deux sera La Terre.

 

Oli©Ô.. Toi l’Humain …
©(P)-10/01/88  à nos créateurs, à Francis (9p)

« Ecrit ya des années, deux mois après la mise en terre de Francis mon frère,
  parti trop tôt,suite aux conséquences d’un mauvais jugement d’un gradé toqué
  stupide et aigri “ptit juge des 3jours militaires” déshonnorant l’Armée!”

 

2+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/o-toi-lhumain-delloly/

14
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
9 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
DellolyChristine GautheronFattoum AbidiAnne CaillouxOliver Delabre - (Delloly) Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Christine Gautheron
Invité
Christine Gautheron

Très éloquent et beau mais ça me chavire le cœur …
La dernière image m’entoure d’une tristesse évidente, me renverse de tremblements…
Je n’ai pas oublié, non je ne peux pas oublier, non je ne sais pas et voudrais le voir là près de la porte…
Non il ne vieillira jamais dans mon coeur, mais…
bise

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Merci Oliver pour ce magnifique et touchant poème douce nuit.
Mes amitiés
Fattoum.

Anne Cailloux
Membre

Derrière tout uniforme se cache un homme avec des valeurs et des principes et devant certains cas, les valeurs et les principes passent par dessus ou pas…. si derrière l’homme il n’y à rien, cela donne des évènements pas très beaux. Bien écrit et bien retranscrit qui donne une dimension à l’être humain qui ne faut pas oublier. Il peut-être capable du pire et oh combien du meilleur. Merci Olivier,

ChantalC
Modérateur
ChantalC

Merveilleux poème…
Quel témoignage poignant, où la tendresse, l’amour et le chagrin se côtoient
Cette peine immense de la disparition brutale d’un frère, d’un fils, provoquée “bêtement”…
et ce récit sont tellement émouvants.
Merci Olivier pour ce souvenir partagé
Amitiés

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE