«

»

Sep 09 2019

Imprimer ce Article

…Ô.. Quinze ans ! – Delloly

Série Vingt ans 

 Dix ans à Vous effacer ((A)
Dix janvier Parisien (B)

Douze Ans… d’un Hiver ((C) 
Là-bas… Demeure d’Yze (D) 
Quinze Ans (E) 
Pluie du Matin(F) 
Trace d’un Temps(G) 
Mon Dieu… Dix-huit ans (I) 
Vingt Ans…sous la brume (J) 

Quinze ans ! déjà cinq ans le Père s’en est allé
ne Vous demanderais si vous l’avez croisé
d’outre-tombe et d’ailleurs, peu m’importe il est tard
la convenance est morte et vaine du hasard

Comment Vous le dire au firmament de pensée
Tous Deux êtes partis comme l’hiver se meurt
de mille odeurs de rouille où la Vie insensée
de ses pleurs et douleurs, doit vivre sans clameurs

Quinze ans ! le Temps passe, vain est de l’attraper,
il s’enfuit sans un bruit effaçant belle trace
ne comptant les années comme à Samothrace
où les Dieux s’endorment Ô.. loin de s’en draper

Les gens que je croise n’ont de vent de l’histoire
où si peu par réserve évitant d’en souffrir
de cette ressemblance où chacun a vu l’ire
suffoquer leur cœur de larmes à revenir

Ô..Quinze ans ! le manque est là : Ô.. je dois l’admettre !
l’amour de sa candeur s’est perdu mon cher frère
parfois, me demande si de votre existence
vous en avez causé hormis l’évanescence

Voyez ! aimer après ce départ en la tombe
a brisé joli mot de sa raison d’un vent
puisque tout s’envole un jour gris de sa pénombre
ne laissant que semblant de vie d’auparavant 

Quinze ans ! que reste-t-il de nos années mon frère
que nous avons passées méprisant ses dangers
hormis photos, écrits, et propos mensongers ?
-peut-être que Tu ris auprès de Sœur et Père !

Un jour, n’écrirais plus à relater les ans
s’écoulant de ce Temps manquant à ma Demeure,
Te reverrais-je enfin recouvrant notre sang ?
Dieu le sait-il ? pas Moi ! -Me dois endormir l’heure….

..

Oli ©Ô.. Quinze ans !
©(P)– 10/01/00 …. à Francis Jr, mon frère (12)

an
3+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/o-quinze-ans-delloly/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE