«

»

Nov 16 2019

Imprimer ce Article

Ô ! Ma douce patrie- Fattoum Abidi

Ô !  Ma douce patrie

Tes fibres vibrent dignité,

Tes trames éclairent liberté,

Ton flambeau illumine les sentiers battus.

 

Je joue sur tes cordes

Ma mélodie patriotique,

Je danse sur ton tapis rouge

La bienvenue de la fraternité universelle.

 

 Ton intégrité

 Me couve lumière,

Ton émoi me réchauffe les bannières,

 Le cœur se rebelle pour ta démocratie naissante.

 

 Ton  amour est sensationnel,

Ton identité  me serre,

 Contre la poitrine

 Mon cœur enivre.

 

Ô ! Ma belle Tunisie

Ton amour vibre passion,

 Vit dans mon émotion ardente,

Ô ! Mon pays  demeure libre et indépendant.

.

Ô !  Ma patrie

Que tu es magique !

Que tu es magnifique !

Que la paix habite tes nobles trames.

 

Ô !  Ma Patrie

 Ton existence est enracinée,

Dans le canevas du destin

Je tisse ton amour éternel.

 

© Fattoum Abidi

16.11.2019.

4+

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/o-ma-douce-patrie-fattoum-abidi/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Philippe X Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Philippe X
Membre

La patrie est un “morceau de sa terre natale” que l’on emporte dans ses bagages durant toute sa vie.En parler, la préserver, la chérir c’est se souvenir du bien qu’elle nous a fait en accueillant nos ancêtres en ses lieux.
Merci de le rappeler à un Loup sans patrie