«

»

Fév 28 2016

Imprimer ce Article

Never – Delloly

1*Je dormirais sur vos lettres
Occupant toute pensée
D’un état-d’âme insensé
Pour sauver l’Amour de l’aître !
Me contiez-vous l’hier
Avant le départ misère,
Pour cette Île victorienne
Loin d’une Vie parisienne.

8*Evanescent contre-jour !

2*Never, vous ne m’oublierez
En griffonnant d’un stylo,
Mots doux que vous aimerez
M’offrir d’une plume d’O !
Me contiez-vous naguère
De vos lèvres joaillière,
À l’aube du dernier jour
Où larme se vêt d’ajour.

8*Où êtes-vous Edimbourg ?

3*Never, la Vie parisienne
Ne s’enfuira de vos yeux
Sous les mots dits : “je Vous veux”
Vous baladant “éolienne”
Ces tourments loin de vos limbes
Dormant pensées en corymbes
Of words of love-shakespeare
Offering me your empire !

8*Flânez-Vous aux alentours ?

4*Never, ne Vous oublierai
De mon corps, ni de pensée
D’un désir de Vie avouée
Sous l’oreiller déchiré
O.. d’un parfum transpiré,
Me contiez-vous cet hier
Of a spring overnight stay ;
Never, I’ll forget this way !

8*Cherchant l’Amour d’un glamour,

never2

5*Nous dormirons sous nos lettres
Nous allongeant doucement
Evitant leur froissement
En lointaines oubliettes,
Sous des draps illuminés
Et complices d’enfreints… nés,
Même aux heures froid’ émises
Sous cruel Vent de banquises
Où se meurent environs
Et les heures de raisons
Chuchotés, noyant l’Amour
Ignorant le sombre jour
Ô.. des Terres éloignées
De nos âmes délignées.

8*Et romance sans un ajour,
Oubliant le désamour,

6*Never, You told me unlove
During the Parisian stroll
On Quays, near the house of love
Just under a noise of owl
Frissonnant nos âmes belles
De touchés, frôlés rebelles
Se remarquant en nos corps
Au bord de Seine à babord.

8*À vaincre le Troubadour,
Et l’aimer d’un doux velours ;

7*Never, la Vie parisienne
Ne s’enfuira de vos songes
Contant noble vie “septième”
Goûtée d’instants comme bronzes,
Jetant comédies en Seine
À nourrir Gent de la peine
D’observer le bonheur vivre
Du “Voyage” qui enivre
Occupant toute pensée
Au fil de plumes d’îlettes
Cueillies le jour insensé
Ô.. de cet Amour idoine
En un songe sur mes lettres
Délectant ce goût pivoine ;
Crépuscule de rosées
D’une larme d’irisées .

8*Evanescents contre-jours
D’une histoire de toujours !

 

Oli ©Never

© (P)-05/05/02 à London (7p) *Lon22

(Il peut se diviser en 2 poésies if you want it)

 

5+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/never-oliver-delabre/

9
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
5 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
Anne CaillouxFattoum AbidiChantalCOliver Delabre - (Delloly)Véronique Monsigny Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Quelle prose.. Tendresse nostalgique pour une plume déposée sur l’oreiller. Souvenirs d’amour qui liént la femme à la terre… Magnifique.. Dormir sur ses lettres…

Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Superbe poème que j’ai raté son agréable lecture bravo Oliver
Mes amitiés
Fattoum.

ChantalC
Modérateur
ChantalC

Extraordinaire !
Comment pourrait-on oublier un tel poème….. NEVER
Merci Oli pour ce moment magique…
bisous

Chantal

Véronique Monsigny
Membre
Véronique Monsigny

Je ne sais si ce sont les iles victoriennes ou le style, mais je ressens le nostalgie hugolienne ! Me trompe-je ?

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE