«

»

Déc 08 2018

Imprimer ce Article

Moi, la barque – Ouzag Djamel Eddine

Moi, la barque.

Sur la plage,
Où tu m’as abandonnée,
Sur le sable, sans grappin, ni ancrage,
Tu m’as délaissée.

Sous la grisaille des soirs d’hiver,
J’ai pleuré.
Sous les rafales des vents salés,
J’ai craqué.
Sous la pluie, la grêle,
J’ai frissonné.
Sous le soleil pesant d’été,
J’ai brûlé.

Au rythme des vagues fouettant mes flancs,
J’ai déliré.
Sur le souvenir immortel,
De mes bras(rames) si frêles,
Te suppliant de rester avec moi,
De ne jamais me quitter,
Souffrant de l’abandon,
Que tu m’as infligée,
Je me tue, après tout,
Je ne suis qu’une naufragée.


Je m’abandonne à mon sort,
A cette amère consolatrice,
Sous les regards de ses complices,
Sans aucune rancune,ni vengeance, ni remord d’ailleurs.
Mon cœur fait de bois,
mes sentiments se consument sous le feu,
Mes cendres, aux vents s’éparpillent,
Sur la plage,
Où tu te baignes chaque été.
Pense à moi,
A cette regrettée,
Qui autrefois, sur les vagues,
A fait ta gaîté. 

troubadour © copyright

4+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/moi-la-barque-ouzag-djamel-eddine/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE