«

»

Déc 30 2017

Imprimer ce Article

Mohamed Balde : “La littérature subsaharienne …” – Aymane Semmid

Entretien réalisé par l’écrivain Aymane Semmid à propos de la littérature africaine avec la participation de Mohamed Balde

-1/Quels sont les thèmes qui abordent la littérature africaine ou bien la littérature subsaharienne ? Et peux-tu nous parler de ses mœurs, ses cultures et ses pratiques ?
-La littérature étant l’ensemble des oeuvres orales et écrites d’un peuple, d’un pays à une époque donnée de son évolution. Nous constatons avec force que le continent africain n’a pas été à l’abri de cette identification.

La notion concernant la naissance de la littérature africaine reste une notion à la fois élusive et évasive car nombreux sont les interprétations qui s’y accrochent. La littérature subsaharienne quant à elle a été l’expression d’un bon nombres d’écrivains de cette contrée. De la République de Guinée en passant par tant d’autres pays sans oublier le pays frère du Sénégal.

 
-2/2/Peux-tu nous comparer la littérature africaine classique de 1950 avec ses auteurs tels que Camara Laye et son oeuvre (L’enfant noir) ,Ousman Sembène… Et la littérature africaine d’aujourd’hui ?
-La littérature subsaharienne a abordé 3 grands thèmes avant de se diluer dans l’Afrique contemporaine 1-)Le revalorisation de l’identité culturelle de l’homme noir et la naissance de la négritude: Période marquée par la prise de conscience de l’homme noir qui a été longtemps snobé et victime du racisme. Les blancs qui par la croissance fulgurante des industries qui étaient en crise de matières premières et débouchés ont franchi les frontières de leur continent pour s’implanter en Afrique avec la méthode voilée”imperialisme” qui leur permettra de qualifier l’homme noir d’homme démuni et barbare avec la théorie fallacieuse de la table rase. Des poètes, dramaturges et plein d’autres vont répondre à cette théorie. C’est de là, que nous percevons la naissance de plusieurs mouvements notamment en Amérique avec des écrivains comme: Paul Laurence, Langhston Hughes,Countee cullen,… Le mouvement crucial sera dénommé”négritude” qui paru sous la plume du Martiniquais Aimé Césaire avant d’étayer le sens précis dans son ouvrage intitulé”cahier d’un retour au pays natal”.Il sera accompagné par plusieurs poètes Léopold Sedar Senghor, Léon Gontran Damas.La première phase est surtout caractérisée par la poésie.

Par contre, il y a eu bien des romans qui sont parus pendant cette période comme batouala de René Maran

2)-La littérature de la critique ou la littérature coloniale: Cette période est marquée par la torpeur de l’homme noir qui a été longtemps berné par son maître avec la théorie fallacieuse de la table rase. Au cours de cette période, l’africain ouvrira donc les yeux pour dénoncer les maux qui sévissent sur son continent(le système colonial et ses commentaires) Les oncles blancs avaient par le biais de l’impérialisme avaient fait croire aux noirs qu’ils n’ont rien inventé ni sculpté(ni Euclide, ni Galilée des danseurs et encore). À travers cette duperie ils ont trompé le noir,l’ensevelit et plusieurs autres exactions pour eux qui se disaient des civilisateurs. Les romanciers, poètes et dramaturges vont s’insurger contre ce système odieux tout en publiant des œuvres de dénonciations ce sont notamment: Aimé Césaire(discours sur le colonialisme) où il a eu le toupet de dévoiler la réalité masquée de l’homme blanc je le résume en peu de mots:<<
<<En son principe que la colonisation de convenir de ce qu’elle n’était point ni évangélisation, ni entreprise philanthropique,ni volonté de reculer les frontières de l’ignorance,de la tyrannie,ni élargissement de Dieu, ni extension du Droit>>
Ferdinand Oyono dans son roman intitulé(une vie de boy) où il dénonce avec fermeté l’injustice des blancs à l’égard des noirs même dans les églises suivi du (Vieux nègre et la médaille) Mongo Beti(Pauvre Christ de Bomba) et bien d’autres œuvres.
3)-La littérature de l’autocritique et “les soleils des indépendances”, c’est la littérature des années “60”

Au cours de cette période les intellectuels africains vont garder le silence pendant le début de cette nouvelle ère. Des années plus tard les nouveaux maîtres ne tarderont pas à décevoir le bas peuple tout en s’enrichissant illicitement sur le dos du peuple

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/mohamed-balde-litterature-subsaharienne-aymane-semmid/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE