«

»

Oct 06 2019

Imprimer ce Article

Menu fretin ou gros poisson ? – Christian Satgé

Petite fable affable
Fraîche comme gardon et bondissant comme carpe,
Une truite se refuse à se faire embrocher.
Comprenez qu’elle ne veut frayer ni écouter les harpes
Des poissonnes amours hantant algues et rochers.
 Pour les siens elle s’assote, là, à attendre
Le grand Amour qui sous nos eaux quiert son congé
Plus souvent qu’il ne vient, se parant pis que sandre
De dragonne vertu à faire verdir un rouget !
Quiconque lui conte fleurette sait la mésaise
Née de ses quolibets. L’écaillé de prime saut
Qui lui tendrait la perche, soit-il galant qui blaise
Où balèse causant serait soufleté comme un sot !
Qui veut là coqueliquer n’est pas à son affaire :
Il se fait vite que sans tant languir, on la fuit
Ce parangon-ci qui espère fort, tant qu’à faire,
L’omble chevalier qui fera ses déduits…
Mais, céans, notre modeste et décente truite
Fustige  les inconstantes et les volages, qui giron
Bénin et tétin accort, ne mettent en fuite
Coquets et libertins frétillant de l’aileron…
Et puis, Jour de Dieu !, c’est la vieillesse
Qui attrapa notre belle laquelle, alors, comprit
Que s’enfuyaient ses espoirs avec sa joliesse
Lui offrant la solitude pour premier prix.
Alors elle, elle devint à tout mâle déférente
Jusqu’à la bassesse, et même soumise jusqu’à
La servilité, frivole et jamais indifférente
Aux cajoleurs et sans tirer le moindre ducat.
Il en est ainsi qu’à vouloir, à toute pogne et en rogne,
Se montrant plus qu’exemplaire au monde comme à soi,
Pour vertu garder on finit, souvent sans vergogne,
Dans ce vice qu’on évitait plus que dans la soie.
© Christian Satgé – avril 2019
2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/menu-fretin-ou-gros-poisson-christian-satge/

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
Simone GibertChristian SatgéAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Simone Gibert
Membre
Simone Gibert

Pauvre truite si bien décrite, mais qui n’avait rien compris ! Le grand amour est rare, mais l’amour non pas …. Merci Christian pour cette jolie fable !

Anne Cailloux
Membre

La morale est si joliment écrit, dit avec tant de finesse, que les mots nous font oublier
la fin si tragique mais si vrai !
Mince, j’y vais de ce pas…… Sourire..
J’adore, bravo Christian.
Anne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE