«

»

Juil 14 2019

Imprimer ce Article

Madame et son vieux – Christian Satgé

Petite fable affable

Un fort bon blaireau du genre beau barbon,
Avec un peu de cœur sous beaucoup d’écorce
Sentant sa sève, hélas, partir pour de bon,
Quoique peu à peu, sans que nul ne l’y force
Maria l’inconséquente jouvencelle
Qui l’avoisinait au plus près… Ce fripon
Animal tout aussi madré que capon
N’aimait guère se fatiguer !… La péronelle
Se révéla, la bague au doigt jà passée,
Façonnière et inconséquente assez.

Le plantigrade apprivoisa cette épouse
Qu’il ne put domestiquer : la mijaurée
Jouant les renchéries, le traînait en bouse
En société car elle l’abhorrait
Autant que lui l’adorait : Objet d’éloges
De prime, leur amour devint gausseries.
On rappelait que le père du mari, un doge
De la forestière contrée, marri
D’avoir été par trop aimé de sa femme,
Mourut des coups de cette jalouse-là ;
Lui avait le malheur au cœur et la mort dans l’âme
De ne l’être pas assez de sa Bella
Tout en colères, trépignements, hurlades,…
Pour son époux. Fort lassantes mômeries.

Toujours prête à offenser de par le monde
L’honnêteté, la blairelle, l’air hautain,
Avait surtout affirmé haut, et à la ronde,
Ne pas vouloir, de sa vie, de blaireautin
D’un vieillard aussi contrefait : « Ma jeune
Et volage femme, que vous vouliez
Déposer le fiel qui, dès que je déjeune,
Vous gonfle les joues, soit… Vous ne rouliez
Pas trop carrosse, ma douce, avant que d’être
Mienne alors n’en faîtes pas trop paraître :
L’argent qui, aujourd’hui, vous vêt, ma mie,
Demain pourrait être frappé d’anémie ! »

© Christian Satgé – Février 2019

2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/madame-et-son-vieux-christian-satge/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéFattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bravo Christian superbe texte.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE