«

»

Mar 10 2019

Imprimer ce Article

L’ours rusé et le renard mal léché – Christian Satgé

Petite fable affable

 

Nul ne subit ni ne souffre toutes les peines !
Un ours brun et moche n’ayant ni pot ni veine,
Sauf les apparentes de ses jambe et mollet
– Mais au diable, les varices ! – rigolait
D’un renard se sachant beau et, plus admirable,
Qui voulait que cela se sache et, impayable
Crâneur qu’il est, que nul ne l’ignore en forêt,
Il se tresse partout ses lauriers lui-même,
Et à célébrer sa noblesse se démène
Par les champs, buissons, garennes et guérets.

 

L’arrogant rusé vint, sans vergogne, voir la laide mine
De ce moqueur gras et gros comme seule l’est la vermine
Grouillant sur les cadavres par noir mautemps de famine.
Il lui dit sans fard mais d’un seul trait ses quatre vérités,
Plus d’autres aussi, bien senties, de même qualité,
Qui auraient jeté au cœur de cet été une cramine ;
Il fait parler en ruche bien plus que vol d’étamines,
Si, de par ses mœurs, le placide tout autre avait été
Ça aurait chauffé. Le plantigrade n’a pas moufté ;
L’autre aurait cafardé si ça ne nuisait à la beauté…

 

« L’Ami, as-tu fini ? fit l’ours, ton calme et doux.
Ton éclat, un matin, finira en gadoue
Car la joliesse, tout comme la jeunesse,
Vieillit mal,… plus que la laideur, quoi qu’il paraisse !
Vois quel est le sort de vaines choses ici-bas :
Tout ce qui brille ne dure pas – Quel coup bas ! –
Et qui bâtira son aura sur l’éphémère
Sera puni un jour,… plus tard,… plus longtemps !
Je goûterai donc ce fruit tout mon content,
Patience étant arbre aux racines amères. »

 

© Christian Satgé – décembre 2016

4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lours-ruse-et-le-renard-mal-leche-christian-satge/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Un renard mal léché, faut pas vendre la peau….
La prochaine fois, il fera attention à son beau museau,
cela n’apporte pas tout !
j’aime naturellement.. encore
Anne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE