«

»

Sep 09 2019

Imprimer ce Article

L’ombre sur le Bleu – Guillaume Aatira

Le Roi s’est endormi sur le trône ambre

Du lourd sommeil du juste et du guerrier ;

Il a vaincu le mal, l’a renvoyé.

La Force est dans son coeur et dans ses membres.

 

Au jour levé, nous avons entendu

Partout en ville, oraisons, chants, poèmes,

Et avons vu, portant des hélianthèmes,

Tant de beautés, toutes les bras tendus.

 

Un parfum d’innocence, une harmonie

emplissait l’univers tel un écho.

Nous fêtions en un choeur sous nos panchos

Celui qui nous sauva de l’Agonie.

 

Nous étions beaux, guidés comme un seul homme

Par la lumière infinie du soleil.

Nous allions tous, tous unis et pareils.

Ô jour divin parmi ceux que l’on nomme !

 

Devant tous s’éveillait en renaissance

La verdure et la vie. Là, les jaguars

en embuscade, prêts. Là, dans un dard,

C’est la Mort et l’Éclair en une essence.

 

Mais à travers la jungle, aucun soupir,

nul grondement ou cri, juste notre hymne,

Trop énorme et puissant pour se tarir,

Chanson dont tous les mots sont une rime.

 

“Vive le Roi à l’âme alerte et vive.

Père à l’amour immense, aux gestes bons

Et juge clairvoyant. À chaque mont

Nous chanterons ta gloire ainsi qu’aux rives.

 

Jamais ne s’éteindra le Roi des astres

car les dieux l’ont élu pour messager,

Pour seigneur, pour guider, prudent berger,

Son peuple fatigué de ces désastres

 

Que la Guerre, la Faim, la Maladie

Ont grandement semé. Séchons nos yeux,

Un jour nouveau s’en vient en mélodie

Portée par nos chanson et l’Or des cieux.”

 

Bientôt apparaissait, comme un mirage,

Le palais du seigneur. Quelle vision

Que ce monument blanc, dans l’horizon

Verdoyant de la jungle aux tons d’orage.

 

Mais à peine arrivés, il vient un garde ;

On lit sur lui des perles de sueurs

“Où sont le peuple inca et les lueurs ?

Dis, nous sommes pressés, l’heure tarde !

 

—Aucune heure ne vaut, arrière, frêres.

— Que dis-tu ? Laisse nous. —Je ne peux pas.

—Explique nous alors. — l’Empereur père

Est endormi. N’avancez pas d’un pas.”

 

Le garde repartit. Quelle tonnerre !

Nous voilà de nouveau dans la forêt.

Nos chants s’étaient éteints comme un secret

Emportés par le vent vers d’autres terres.

 

Mais moi, jeune en ce temps et intrépide,

Je désirais Le voir, lui, l’Empereur.

Je plongeais dans la nuit et la profondeur

Des ténèbres. J’allais d’un pas rapide.

 

Rien n’éclairait le chemin de la ville.

La nuit couvrait  le regard des soldats

Et un râle bestial, bien loin de là,

Berçait les environs d’un brame hostile.

 

Je réussis enfin. Passé l’entrée

Je glisse tel un serpent dans le palais

Mais je me perds dans ces couloirs de jais.

Providence ! voilà la chambre ocrée !

 

Il semblait endormi sur le trône ambre

Du sommeil éternel qu’ont les défunts ;

Le mal l’avait vaincu et sur son sein

Le bleu de son manteau avait une ombre.

 

G Aatira

0

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lombre-sur-le-bleu-guillaume-aatira/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE