«

»

Août 26 2017

Imprimer ce Article

Litteratura : ” Là où l’on brûle des livres” ……………….Jeanine Chatelain

 

Litteratura : ” Là où l’on brûle des livres” .

Les mots sont si puissants parfois sur le livre de l’Humanité ,
Aux yeux du dictateur, poètes et penseurs ,
Vos écrits sont impurs, ils sèment le déshonneur,
Ecrivain, souviens -toi, Place Bebel à Berlin, tu es décapité !

 

Mai mille neuf cent trente trois , les livres sont brûlés
Avant même que le pacifiste oeil les découvre,
Et l’écriture est jugée impure par le pouvoir exacerbé ,
Sur le pavé, à Berlin, le feu embrase les écrits déposés,

Les flammes de l’écriture montent, et les cendres voltigent ,
Sigmund Freud, Heinrich Mann, et tous les autres , les mots sont enterrés ,
Les rayonnages vermeils de la bibliothèque sont vides,
Et Le dictateur danse autour du bûcher de sa vanité,

Rituel au son du tambour,désastre pour l’Humanité ,
On allume les feux , sur des livres entassés,
Quand un peuple se bat pour la “pureté ” de sa culture,
Rien n’arrête le fou de l’étendard “Dictature” ,

Place Bebel à Berlin, c’était hier, c’est le feu du nazisme
Livres brûlés, quand ils sont de source jugée “impure”,
Autodafé orchestré par le racisme,
Au nom “d’Hitler” , avant qu’on brûle les âmes dans le camp d’Auschwitz.

Les mots qui dérangent, ceux qu’ils ne faut pas voir,
Ceux des livres , quand ils sont bien écrits ,
Ceux qui révèlent, ceux qui parlent ,

ne sont que pour les Anges .

Jeanine Chatelain 26 Août 2017

” Heinrich Heine (1797-1856) . “Là où l’on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes.”

En mémoire de tous ces écrivains, poètes, penseurs, qui ont vu leurs oeuvres effacées, mais il n’y a pas de cimetière pour la pensée universelle, elle est bien vivante et éternelle . Il faut continuer par la puissance des mots à dire les choses, même quand cela dérange.

Bebel Platz

 

0

Je suis née en 1947 en Picardie, à l’époque du baby boom , dans un petit village des Hauts de France, dans ma Picardie natale, au pays des Cathédrales, et j’aime le vert des champs de Thiérache , la forêt, et j’aime aussi le cordon de dunes et les falaises qui bordent la mer , les bancs de sable de la Baie de Somme et les Falaises , dualité entre la grandeur et la fragilité de l’être , j’aime la vie, et la simplicité des gens de coeur qui arrivent à me surprendre dans une époque qui a perdu de ses valeurs; La poésie est venue à moi en allant sur le site de l’Abbaye de Vauclair, au milieu d’une forêt domaniale près du Chemin des Dames, où le vent de l’histoire a laissé ses traces . J ‘aime la vie, ma famille, et mes amis et ce que j’aime le plus chez l’homme, c’est sa sincérité et la tolérance ; Je suis native de Monceau les Leups, dans l’aisne, où j’ai vécu une enfance heureuse avec mes amis polonais , qui ont aussi traversé des guerres . Je remercie Alain Bonati de ce site, où règne une grande convivialité et le respect de l’autre.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/litteratura-la-ou-lon-brule-des-livres-jeanine-chatelain/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE