«

»

Jan 09 2020

Imprimer ce Article

L’inspiration signe- Fattoum Abidi

L’inspiration signe

Un contrat de fidélité,

Entre son maître

Et entre ses lecteurs elle se faufile.

 

L’inspiration

Apparaît manquante

Parfois, sentait décevante

D’autre fois, elle gémissait.

 

L’inspiration

Recevait des coups de fusils,

Avalait des douleurs silencieuses,

Elle  tient avec ses dents le fil de la raison.

 

L’inspiration

Encaisse les écosses

De la méchanceté gratuite,

On  l’habille  parfois des vêtements indésirables.

 

L’inspiration

Persiste, milite,

Pleure en silence

Des maux et des mots.

 

L’inspiration signe

Un contrat de fidélité

Entre son maître

Et entre ses lecteurs elle se faufile.

 

Elle s’absente parfois,

Mais elle est là

Siège dans les fibres,

De l’âme militante naquit un miracle suspens.

 

© Fattoum Abidi

5.1.2020.

2+

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/linspiration-signe-fattoum-abidi/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Brahim Boumedien Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Brahim Boumedien
Membre

Merci, Fattoum, pour ce partage si bien inspiré, malgré la méchanceté entêtée qui ne veut pas s’arrêter… Mais dis-moi, Fattoum, quel est le maître auquel ton inspiration doit fidélité ?

0