«

»

Avr 15 2019

Imprimer ce Article

L’ile du bout du Monde – Gilles Dieny

L’ILE DU BOUT DU MONDE

La mer,violente et déchaînée, se fracasse violemment

Sur la digue, dans un fracas de tonnerre.

Le ciel, d’un noir intense, rugit rageusement,

Envoyant des éclairs de colère sur cette terre austère.

La bourrasque agite les landes où pas une âme

N’arpente les chemins vides, noyés sous la pluie.

Seul, magistral, le phare veille, de sa vaillante flamme.

Le froid est extrême, nul espoir dans la nuit.

Rasant la mer, tristement, de rares goélands aux cris tristes

Semblent vouloir se cacher au fond des abysses.

On pourrait, à les voir ainsi, penser que là, existent

Des revenants cachés préparant des maléfices.

Ici, tout est la tristesse. Pas une âme ne traîne.

Les maisons sont bien closes. Les femmes se regroupent pour prier

Pour ceux qui, sur la mer, sont allés, et leur peine

Fera couler des pleurs dans leurs yeux délavés.

Mais, la force et le courage font partie de leur vie.

Elles savent, en elles, garder l’espoir et pensent qu’au loin,

Malgré les vagues, un navire vogue dans l’infini

Et ramènera, en son ventre, mille poissons en guise de butin.

1+

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lile-du-bout-du-monde-gilles-dieny/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE