«

»

Mar 28 2019

Imprimer ce Article

L’homme aux yeux de lapin (2) – Philippe X

.

    SECONDE PARTIE

   Mon interlocuteur était sérieux. Depuis plusieurs années je côtoyais cette famille et un respect mutuel s’était installé au fil de nos « coups de commerce », de nos engagements tenus et des secrets enfouis dans nos mémoires, à jamais scellées par la parole donnée entre vrais hommes.

   Le patriarche qui décidait de l’avenir de  sa tribu avait trouvé la mort, une nuit, dans ma voiture que j’avais prêtée à son fils……

   Ce secret n’a jamais été éventé depuis ce temps-là.

   Ils sont surnommés: les hommes des bois, les « Schwartz » les noirs , tant leur peau est cuivrée et sombre.

   Pauvres parmi les pauvres, ils sont victimes de leur aspect et des moqueries d’autres groupes des gens du voyage.

   Gardiens des traditions solidement ancrées depuis leurs origines des rives de l’Indus, je les compare aux Shudras, des serviteurs ou gens de peu.

   Les Anciens, avec lesquels j’entretenais d’excellentes relations, me parlaient de leurs ancêtres et des attitudes moyenâgeuses qu’ils perpétraient.

.  Ils s’apparentaient aux Dalits, encore appelés Intouchables, individus considérés, du point de vue du système des castes, comme hors castes et affectés à des fonctions ou métiers jugés impurs. Présents en Inde, mais également dans toute l’Asie du Sud, les Dalits sont victimes de nombreuses discriminations.

   Ils occupent en définitif le bas de l’échelle de ces populations nomades, remplacés de nos jours par les Rom au niveau de l’indigence et du racisme.

   Plusieurs vivaient ou végétaient dans des voitures en compagnie de leurs épouses et de leurs enfants, c’était leur seule résidence.

   Je reviendrai sur un épisode de mes fréquentations.

   La famille à laquelle je fais référence regroupait une cinquante de membres qui ne sortaient que très rarement des départements d’Auvergne.

   Cette sédentarité était causée par leur appartenance à un passé lointain, imposée par les anciens : ils se déplaçaient encore avec des caravanes tirées par des chevaux….

   Arriver aux portes du 21ème siècle à cheval et en roulotte ne manque pas de panache. Cet anachronisme est un boulet qu’ils traînent à leurs pieds entravés par l’héritage de leur culture.

   Ils venaient régulièrement vendre « leurs trouvailles » . J’avais, un jour, rendu service à mon contact, le fameux «Bougodon » . Depuis cette date, il me portait une certaine reconnaissance.

   Dans le haut pays d’Auvergne, à des dates bien précises, je rendais service à une connaissance en collectant des gros ballots de linge contenant des fleurs fraîches destinées à des Laboratoires. Cette cueillette devait respecter des règles très strictes, dont le ramassage impératif en fin de journée, pour conserver la fraîcheur des plantes collectées.

   Mon « pote le Gitan » fournissait une main d’oeuvre féminine, qui, du lever du jour au coucher du soleil, faisait le taff sans rechigner, toujours sous l’oeil du maître, le seul homme de l’équipe, qui ne pouvant pas être « au four et au moulin » en même temps, avait choisi son rôle : inspecteur des travaux finis.

   L’année suivante, la fine équipe arrachait les racines de gentiane dans les monts du Cantal…. position sociale en pleine évolution.

   Petit à petit nous avons établi des règles entre nous qui n’ont jamais été transgressées. Mon épouse apportait une aide dans l’établissement de dossiers administratifs entre autres, peut être me sera-t-il donné de vous offrir le récit de succulents échanges entre ces femmes…. comme le fait de monter une mayonnaise, de faire une purée écrasée, ou tout simplement, d’aborder des sujets féminins plus intimes. 

   Quelques jours se sont écoulés depuis le départ « de la tribu prophétique».

   Je me suis rendu à leur campement pour régler une affaire. J’avais négocié avec un magasin de souvenirs, la vente de panières en osier ; 

   La demande de l’époque portait sur plusieurs centaines de pièces, distribuées dans des magasins recevant une clientèle nombreuse de touristes.

   La difficulté était de faire comprendre aux fabricants (mes amis les Manouches ) qu’il fallait tenir leurs engagements et qu’une fois une importante somme d’argent empochée, ils devaient honorer les demandes….. ce qui fut impossible à réaliser.

   Grosse effervescence dans cette ruche où si tu ne prends pas garde, tu es attaqué par les guêpes ;           bien sûr, très imagée, cette comparaison, mais très proche de la réalité.

   Leur unique moyen de faire entrer de l’argent, c’est le commerce et le troc, et là, j’ai vu de tout.

.

   A SUIVRE…… d’accord ?

   ©Philippe X – 27/03/2019

                                                   

 CATINOU  artiste ANTI CORRIDA……

 

4+
En roue libre | [email protected] | Site Web

'' nul n'est prophète en son pays''...c'est pour cette raison que je voyage.
''Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit.''...vous êtes mes invités, au banquet de la littérature....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/lhomme-aux-yeux-de-lapin-2-philippe-x/

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Béatrice MontagnacAnne CaillouxChristian SatgéChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Béatrice Montagnac
Membre

Bon v’la que je lit à l’envers mais bon je ne me suis pas perdu
bravo loup
bises !

Anne Cailloux
Membre

Intouchables, interdit de rentrer dans la ville avant le coucher du soleil, pour que même leurs ombres ne touche pas les autres hommes de case au dessus.
sourire, difficile d’expliquer les règles des affaires, on attends la suite avec impatience
Anne

Christian Satgé
Membre

D’accord !… Vite l’épisode 3, Loup. C’est rafraîchissant et toujours aussi truculent. Merci et bravo pour ce partage qui fait voyager dans l’espace et le temps. Bravo à la peintre de la maison…

ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Bonsoir Philippe,
Comme je m’y attendais, cette seconde partie est très intéressante…
Vous suivre sur ce chemin me fait découvrir un mode de vie inconnu !
Merci beaucoup Philippe pour ce partage…
Encore Bravo à Catinou pour son tableau. Je suis doublement admirative
de la savoir anti-corrida…
Amitiés

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE