«

»

Mar 30 2019

Imprimer ce Article

L’étrange étranger – Christian Satgé

Petite fable affable
Ras de poil mais pas à court d’idées,
Pour être accepté en notre monde,
Un rastaquouère tout bridé
Décida d’apprendre, avec sa blonde,
Notre langue et en fit un sabir,
Un baragouin prompt à ébaubir,
Que d’aucuns décriaient à la ronde.
C’était un cocasse patois
Dans sa bouche que cette onde
De sons, dégouttant comme eau d’un toit,
Avec cet accent d’ailleurs qu’on remarque
Et qui, encore et toujours, le marque.
« Salmigondis » et « Amphigouri »
Disaient, en fronçant leur nez, les bonnes
Âmes du pays, cachant leurs ris.
Ceux qui n’avaient pas fait la Sorbonne
Y votaient « charabia » et « jargon »
Digne de quelque obscur Patagon.
Rouge comme un souffleur de trombone,
Notre apprenti faisait bon travail,
Tournait ses phrases comme à Lisbonne,
Mais son galimatias, aïe-aïe,
Faisait rire ou fuir. C’est facile !
Il restait « l’inculte », « l’imbécile »,…
Mais plutôt qu’à railler ses essais
De ce bon « métèque », et sans vergogne,
On aurait du le louer : il sait
Sa langue et, là, il apprend, sans grogne,
La nôtre, besogne malaisée
Fût-on un érudit avisé.
Déçu, il partit aux cigognes
En disant à ses détracteurs,
Habitués du percolateur,
Qui en firent une drôle de trogne :
« En toute chose jaugez l’effort
Et jugez des progrès en renfort :
Le chemin plus que le but importe…
Avec les étapes qu’il comporte ! »
4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/letrange-etranger-christian-satge/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéPhilippe XBéatrice MontagnacBernadette Laroze Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Philippe X
Membre

Ne serait-ce pas, ceux qui vous ont raillé en lisant vos fables affables et ne voulant pas les éditer qui font l’objet de votre essai ?
” To lose ” dans la ville rose…en rouge et noir essai transformé. O moun païs

Béatrice Montagnac
Membre

Bonjour Christian un texte fort réaliste avec vos mots qui percute le sujet bravo
Oui s’intégrer cela n’est pas toujours une mince affaire même chez soit et oui
doux et bon weekend je t’embrasse
Béa

Bernadette Laroze
Membre

Bonjour Christian, Votre texte me ramène à Toronto, il y a plus de cinquante ans. Mon mari, mon fils et moi arrivions au Canada avec à peu près trois mots d’anglais. Je connais parfaitement le problème de l’intégration. J’ai eu la chance de me retrouver dans une école pour migrants venus du monde entier pour apprendre l’anglais. C’est une expérience que je n’ai jamais oubliée.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE