«

»

Mar 23 2019

Imprimer ce Article

Les Tinkers – Philippe X

   

   Est-ce la saint Patrick ou la « Guines is not good for me » que j’ai éclusées ce tantôt, qui ont ravivé des instants de vie , mais j’ai eu envie de vous faire partager des souvenirs de shamrock en forme d’une feuille d‘oxalis, (Oxalis acetosella, pour les puristes).

   En rejoignant notre fils sur les routes de Provence, j’ai rencontré des compagnons d’un instant avec lesquels il avait partagé quelques aventures.

   Ces Gens du Voyage, irlandais de naissance, avaient épousé l’invention d’un Écossais John Loudon McAdam, en appliquant à leur manière une technique de réfection de cours, de trottoirs et de chemins privatifs. Ils appliquaient du bitume ….qui se révélait trop cher payé.

   Leurs manières étaient critiquables et condamnables puisque certains des applicateurs ont été convoqués devant les tribunaux du sud de notre pays.

   Je vous ferai grâce de ce « mauvais côté » de l’aventure et si vous le permettez, je ne m’attarderai que sur les personnages.

   Qui sont-ils, d’où viennent-ils, où vont-ils ?

   Les Travellers descendraient d’un autre peuple nomade irlandais : les Tarish.

   Nous retrouvons leur trace dès le Moyen-Âge irlandais sous le nom gaélique de Lucht Siúil (peuple marchant). Ils sont nomades et possèdent leur propre langue, le shelta. Ils se nomment eux-mêmes Pavees, et sont appelés Tinkers « rétameurs » en raison de l’artisanat traditionnel sur étain auquel ils se livraient au Moyen Âge.

   Ils ont mauvaise réputation, comme tous les nomades. On leur prête une réputation de buveurs et de bagarreurs.

   Dans le film Snatch : Tu braques ou tu raques, Brad Pitt est un boxeur « traveller » dont la fierté est un des ressorts du film. De façon moins stéréotypée, la boxe à mains nues pratiquée au sein de la communauté est le thème du film Knuckle (2011) de Ian Palmer.

   Les familles que j’ai fréquentées en Provence avaient une toute autre attitude. Ils « nomadisaient » depuis une dizaine de mois, dans la région des Alpilles, vendant en porte à porte de l’outillage de qualité et des fournitures que nous trouvons sur tous les marchés locaux. Comme nous le faisions, ils stationnaient dans les terrains de camping des villages en toute légalité où sur des terrains privés où j’avais établi mon campement.

   Partis dès l’aurore pour faire leurs coups de commerce, ils laissaient le soin aux femmes d’entretenir la place et la préparation des repas. Les soirs, nous étions conviés à partager un repas encore assez copieux, non accompagné d’alcool mais de thé.

   J’ai été très étonné de constater l’importance de la religion et la ferveur dont ils font preuve à des moments bien précis de leurs occupations quasiment journalières.

   Priant plusieurs fois par jour, avant et après les repas, à l’instant de prendre une décision impliquant un des membres de la communauté, d’une transaction, d’un lieu de stationnement et surtout lors d’interminables soirées au tour de « feux de camp ». Le chef du clan invite tour à tour des personnes à se lever et à entonner des chants religieux ou tout simplement des balades irlandaises.

   J’ai été surpris un soir, prés d’une banlieue crasseuse d’Avignon, lorsque en mon honneur, deux membres de la « famille » ont chanté quelques succès de « the dubliners » et en particulier deux très belles mélodies entendues dans le film «l’Homme tranquille ». (réalisé par John Ford avec John Wayne, Maureen O’Hara et Victor Mac Laglen).

   Puis l’appât du gain, l’exemple d’autres communautés, ont fait que ces « Gypsies Irlandais » sont devenus des trimards, responsables de duperies, d’escroqueries et d’autres méfaits.

   Que c’est triste de constater à quel point ces « frères du voyage » se sont laissés entraîner dans de pitoyables aventures.

   ©Philippe X – 23/03/2019

.

5+
En roue libre | [email protected] | Site Web

'' nul n'est prophète en son pays''...c'est pour cette raison que je voyage.
''Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit.''...vous êtes mes invités, au banquet de la littérature....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-tinkers-philippe-x/

10
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
6 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
ChanTal-CBéatrice MontagnacPhilippe XAnne CaillouxChristian Satgé Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Toujours autant de plaisir à lire vos « chroniques » Philippe, qui sont autant de tranches de vie
partagées, racontées avec vos mots qui claquent, mais laissent deviner une tendresse particulière…..
Amitiés

Chantal

Béatrice Montagnac
Membre

Bonsoir j’ai pris plaisir à lire ce récit, ce voyage nomade
Et oui l’appât du gain est destructeur hélas ici et là partout comme le mal
c’est écrit est fort intéressant
Douce soirée loup Philippe
Bises

Anne Cailloux
Membre

Comme beaucoup, l’appât du gain attire dans tous les domaines dans tous les milieux
Alors dans ces milieux où souvent le superflu n’existe pas, de temps en temps l’envie d’avoir
ce superflu se fait plus fort, que dire !!
écrit très intéressant qui nous emmènent sur les routes..
merci de vos mots
Anne

Christian Satgé
Membre

Une vrai découverte pour moi que ces marchands marchant que je ne connaissais pas de lèvre soi des dents. Merci Loup de m’envoyer dans un voyage jamais terminé à la rencontre de ceux qui le pratiquent vraiment et nomadisante en mes rêves de sédentaire.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE