«

»

Déc 15 2019

Imprimer ce Article

Les deux loutres – Christian Satgé

Petite fable affable
Je ne suis pas un scribe à aimer les histoires
De Cornecul ni quelque censeur dérisoire,
De ceux qui sont un lynx avec tous leurs pareils
Et taupe envers eux, même en plus simple appareil.
Il me souvient donc qu’au clair de rivières,
Fort pillées pour leurs activités vivrières
Par des loutres, l’une un jour se plaignait tout haut
À une consoeur de n’avoir pas su, tantôt,
La prévenir, las, à temps qu’une renarde
Qui avait mené maints espoirs de ces flemmardes
En sépulture, la guettait d’un haut rocher,
Prête à lui sauter dessus ou à l’approcher.
L’incriminée qui voyait très peu mais, par chance,
Oyait bien lui répondit, et sans balance :
« Tu grondes comme un dogue à l’attache, ma sœur,
Et me gardes une mauvaise dent pour ta peur ?
 
– N’est-ce pas toi qui, là, à nos suretés veilles ?
Imagine un peu qu’en sursaut tu te réveilles
Avec ces deux yeux de feu sur toi braqués ?
La malepeste soit de ta race raquée !
 
– Mais tu en es, ma sœur !… Et sans aller plus outre,
Toi qui vibrionnes non comme une vraie loutre
En colère mais comme un petit moucheron,
Sache, qu’adroit et matois, le dos déjà rond,
Son mâle allait s’en prendre à tes fils et tes filles
Au même instant. J’ai protégé donc ta famille.
Plutôt que toi. Ai-je mal agi ?… C’est à voir !
On ne remet jamais en cause, sans savoir,
La sincérité de qui n’a pas pu promesse
 Tenir… C’est pas toujours pour aller à kermesse ! »
© Christian Satgé – octobre 2019

2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-deux-loutres-christian-satge/

4
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
OberLenonChristian SatgéBrahim Boumedien Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
OberLenon
Membre
OberLenon

Toujours le même plaisir à la découverte d’un de vos textes. Merci de nous faire profiter de votre imagination

0
Brahim Boumedien
Membre

Voilà qui est bien dit ! Merci, Christian !

0