«

»

Sep 15 2018

Imprimer ce Article

Les deux abbés – Christian Satgé

 

Petite fable affable

Un abbé de Cour fort bien vu et loti
Toisait qui n’avait ni bagues ni frisotis,
Et arborait toujours, par les rues de la ville,
Comme au château, devant la plèbe ou sa civile
Majesté qui, elle, le tenait pour servile.
Dieu l’avait gâté et il ne lui manquait
Que les puces pour se gratter, foi de laquais !
Il se croyait fort, il se pensait libre,… Imprudence
Pour qui doit d’entrer et de rester dans la danse
À la faveur d’un roi plus qu’à la Providence.

Un abbé des champs réduit à la portion
Congrue dans sa maigre domiciliation
Était la cible de ses piques et finesses
Car ce curé gardait de sa folle jeunesse
Une liberté de pioncer chanoinesse…
Pire, il ne montrait point de ce beau zèle obtus
Qui marque un sacerdoce et montre, à tous, Vertu,
Ce gage d’être, matin, de pourpre revêtu.

Pendant que l’un prêchait à courre, de dîners
En soupers, tartuffe prompt à se dandiner,
L’autre secourait son prochain en sa paroisse,
Quel qu’il fût, quoi qu’il crût, calmant peurs et angoisses
Du pauvre pécheur que courtise tant la poisse.
Quand son pair perruqué à tous vents sermonnait,
Lui, sans arrière-pensée, nourrissait damnés
Et condamnés entre deux siestes ; les pauvresses
Et pécheresses, il rassurait à bonne adresse
Avant un somme, sans paresse mais sans presse.

Quand l’évêque dut se choisir un nouveau saint
Pour le diocèse, l’abbé de Cour assassin, succinct
En un prône assassin, rappela sa royale
Protection et ses racines familiales,
Dénonçant chez ses pairs actions déloyales.
Le mitré l’écouta avec attention
Et même opina avec ostentation
Puis sanctifia le cureton de campagne :
Dénigrant qui officie sans chercher de gagne
On ne brille jamais loin ni longtemps, Aragne !

© Christian Satgé – octobre 2017

 

4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-deux-abbes-christian-satge/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Mince, c’est presque l’abbé résina votre histoire, Il ne faut jamais jurer de rien…
Merci de ce doux moment Christian..
Anne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE