«

»

Mar 17 2019

Imprimer ce Article

Les chefs étiolés – Christian Satgé

          

Petite fable affable d’après Anne Cailloux

Dans le creux d’un chemin torturé,
Un bleuet, délaissé, courbe la tête ;
Oublié des uns, d’autres dénigré
Le voilà agelaste qu’un chagrin entête
Malgré une faune fort affairée,
Dessous le soleil nu, de plomb ferré
Qui règne au ciel blanchi à la chaux, vole
Et s’envole, le survole, frivole.

Mais la sécheresse le fait plier,
Ployant sous son fardeau de lumière,
S’agenouiller en terre fendillée
Par l’haleine de souffles aux coutumières
Torridités. Jà il ne se redresse
Plus à la nuit aux chaudes caresses
Enviant, là-bas, en la maisonnée,
Dont il admirait les croisées ouvertes
La tulipe en pot, certes encloisonnée
Qui d’eau abreuvée, qui d’ombres couverte.
Rougit sans pudeur, à tout œil offerte.

Cette arrogante semble se moquer,
De ce sauvage desséché aux pétales
Las, à la tige fatiguée qui évoquait
À cette prisonnière à la vie étale,
La Liberté, des rêves d’Horizon
Aux vents caressants, aux ciels grisons,…
Quand il vivait debout et solitaire,
Touche d’azur perdue à fleur de terre.

Sous ses limbes fraîchies, huit jours durant,
Elle paraît, parade à sa fenêtre,
Face à ce bleuet meurtri, se mourant
De soif et se revanche de n’être
Qu’en sursis… car sûr, lui, il fanera
Avant elle sous le râle de Râ.
Or un matin, une ondée tombe en la plaine.
Le bleuet s’offre à elle et d’un seul coup revit
Quand la tulipe sent s’enfuir, l’alêne
D’un pistil harassé et tomber, sans vie,
Peu à peu, de sa corolle écarlate
Qui choit sans grâce, virant violate.

Le bleuet en conçoit quelque regret
Car toute beauté qui flétrit attriste
Les fils de Dame Nature que les rets
De l’Homme n’ont pas pris, en égoïstes,
Pour les domestiquer et la tulipe
Songe, un peu tard, à un vieux principe :

« Être soi, sans jalousie même tue,
Ni prétention, est plus que vertu. »

.

© Christian Satgé – décembre 2018

3+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-chefs-etioles-christian-satge/

5
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
3 Commentaires des Auteurs
Anne CaillouxChristian SatgéBéatrice Montagnac Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Bravo Christian, vous êtes largement au dessus de moi. Votre texte est magnifique.. Je m’y retrouve mais loin derrière
Vous êtes un fabuliste narrateur..
Merci de cet hommage Christian.

Béatrice Montagnac
Membre

Bonjour Christian Magnifique
et Oui même les fleurs ne s’envoie pas toujours de fleurs et puis la tulipe au final fini bien mal belle chute et belle inspiration que Anne t’a transmises mes bravo

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE