«

»

Nov 25 2019

Imprimer ce Article

Les cerises du péché – Christian Satgé

Petite fable affable inspirée d’un fabliau anonyme du XIIIe siècle intitulé « Le curé mangeant des mûres »

Point n’est besoin de dire tout haut
Le fond de sa pensée sinon vous arrivent
Vite maints désagréments voire chaos !

Un matin, un curé part à la dérive
Par les chemins de sa paroisse des champs.
Au pas lent de sa mule, le bréviaire
En main, l’âme pleine de célestes chants,
Il vaquait d’ornières en fondrières.

Transpirant à grosses gouttes, le suint
Homme fut pris là, tout soudain, de fringale,
Passant sous un cerisier que juin
A fait fructifier et pas de frugale
Façon, par Dieu !… Alors pourquoi froisser
Les largesses du Très Haut envers les Hommes ?

Bedonnant, petit pour pas dire tassé,
Il arrête sa mule sous l’arbre, la somme
De rester prou sage et se dresse debout
Pour atteindre sans mal les rouges objets
De sa tentation. La bête, en la boue,
Restait stoïque l’aidant en son projet.

Le curé se régalait goulûment, l’âme
En paix et l’esprit vagabond. Il sourit
En songeant : « Ciel ! Ce serait un vrai drame
Si arrivait par là un mauvais esprit,
Un turlupin ou un ravi de la crèche
Criant ’’Hue la mule !’’ à pleine ou forte voix… »

Il avait pensé tout haut. Las, la bourrique
L’entendant part brusquement sur cette voie
Crottée fait chuter, en un charivarique
Casse-gueule le prêtre qui se trouva
Les quatre fers en l’air, froc par-dessus tête…
Pour comble, les lavandières, divas
Du village, passant, lui firent fête !

© Christian Satgé – septembre 2019

4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-cerises-du-peche-christian-satge/

8
Poster un Commentaire

avatar
4 Sujets de commentaires
4 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
5 Commentaires des Auteurs
Fattoum AbidiChristian SatgéOberLenonAnne CaillouxBrahim Boumedien Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Merci Christian très beau comme d’habiture
Agréable journée
Mes amitiés
Fattoum.

OberLenon
Membre
OberLenon

Un vrai moment de plaisir !

Anne Cailloux
Membre

Lol, il a dut être content ce moine..
merci pour ce moment de sourire.
Anne

Brahim Boumedien
Membre

Merci, Christian, pour ce partage confirmant que “l’habit ne fait pas le moine” !