«

»

Fév 04 2019

Imprimer ce Article

Les camarades de la misère- Fattoum Abidi

 

Les camarades de la misère

 

Les camarades de la misère

Se houssent,  se retroussent les manches,

 Plient la chaleur fugitive,

S’entassent dans la blouse de la rue.

 

 D’un froid de canard,

 Les souffles  s’étouffent.

 

La gamelle de bienfaisance

Attend que ses trames se remplissent

D’une soupe bénévole,

Gèlent les amis de la misère.

 

 D’un froid de canard,

 Les souffles  s’étouffent.

 

Les cœurs de la nuit cherchant

Les démunis passent

Avec leurs mets de charité,

Les yeux malheureux se remplissent de larmes.

 

 D’un froid de canard,

 Les souffles  s’étouffent.

 

L’espoir pose ses ailes,

La lumière de l’aube siège,

Les rayons pitoyables

Allègent les cris des maux muets.

 

© Fattoum Abidi

3.2.2019

4+

Après des études universitaires en philosophie à Tunis et en littérature française à la Sorbonne Paris IV, Fattoum Abidi, Tunisienne d’origine, est aujourd’hui fonctionnaire à la télévision.
Depuis l’âge de 14 ans, elle aime écrire et peindre. Elle a d’ailleurs trois romans à son actif en cours d’achèvement. Et elle prépare ses expositions personnelles de peinture dans l'art contemporain. Et elle a participé dans des e books de poésie avec des poètes de tous les coins du monde suite à des concours de groupes sur facebook

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-camarades-de-la-misere-fattoum-abidi/

5
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Les Mots BleusFattoum AbidiStéphaneBernadette Laroze Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Les Mots Bleus
Invité
Les Mots Bleus

Il faut toucher la misère, la côtoyer que pour la comprendre. Nous sommes à une époque où elle refait surface mais cachée et tue pour ne pas s’en offusquer. Criant de vérité en si peu de mots, merci Fattoum de fe partage.

Stéphane
Membre

On y serait presque, le soleil se lève à l’ouest.

Bernadette Laroze
Membre

J’aime beaucoup ce texte Fattoum Abidi. Le monde est dans une pente dangereuse de régression.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE