«

»

Oct 13 2019

Imprimer ce Article

Les bêtes et le fabuliste – Christian Satgé

Petite fable affable d’après L’âne & le fabuliste de (Jean-Baptiste-)Victor de Perrodil (1862)
 
« Depuis que j’ai bu l’onde chez votre La Fontaine,
Me dit un un gros Loup gris courant la prétentaine,
Vous ne m’épargnez guère vous et vos écrits :
Je ne suis plus qu’un ogre à fuir à grands cris.

– Et moi donc, fit un âne arrivant à l’improviste
Je passe pour sot à cause de fabulistes
Qui ne sachant rien de mes mœurs et de ma vie
Me voudraient bêta, me dénigrant à l’envie ! »

Puis ce furent l’oie et toute la cour de Sire
Coq qui, là, en vinrent à deux doigts de m’occire.
Plus je présentais de plates excuses à tous,
Plus il me venait de mécontents, de grognous
Chez ces animaux parmi lesquels je fais provende
D’acteurs pour mes apologues de contrebande.

 À la parfin, cerné de cent récriminants
Formant meute, de bestioles ruminant
Leur rancœur et l’herbe que je foulais, de fauves
Prêts à me courir sus, moi, les jambes en guimauve
Je ne sus que répliquer : « Vous donnant déjà
La parole, je ne vous savais, vrai goujat, 
Point aptes à lire mes petites mises en scène,
Ces contes où vous n’apparaissez point tant obscènes
Que les humains que je fais moins blancs que bichons.

– Ah ça, c’est à voir ! grogna le cochon rochon.

– N’étant point un de nos savants naturalistes,
Je suis obligé, quand je choisis sur ma liste,
De vous attribuer les caractère et traits
Qui font votre réputation, votre attrait,…

– C’est comme cela que se perpétuent mensonges
Et préjugés, me fit un renard. Mais j’y songe :
Si tu as pour règle de réhabiliter,
Désormais, l’ami, nos us au lieu d’habiter
Les lieux communs peut-être que, sans courbette,…

– Je n’y gagnerai rien. Et vous pas plus, bêtes !
Le public déçu vous enterrerait, passés
De mode, parasites bons à trépasser,
Esclaves destinés au joug et à la coutelle,…
Même si, certes sans finesse ni dentelle,
J’use de vous pour rire de mes pairs, ce sort
Vaut toujours mieux que l’oubli ou que la mort ! »
 
© Christian Satgé – mai 2019
6+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-betes-et-le-fabuliste-christian-satge/

6
Poster un Commentaire

avatar
3 Sujets de commentaires
3 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
4 Commentaires des Auteurs
Anne CaillouxSimone GibertChristian SatgéBrahim Boumedien Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Voila qui est dit. Ils ne sont pas les pire, les pire c’est nous
alors les bêbêtes à polis à plumes etc vont lire entre les lignes.
Non mais !
Bravo à vous Christian et ne vous laissez pas faire, ils seraient capables de vous envoutés.
Anne

Simone Gibert
Membre
Simone Gibert

Bonjour Christian, quand on dit de certains animaux qu’il ne leur manque que la parole, ici, vous la leur donnez, et c’est drôle de plus ! Merci !

Brahim Boumedien
Membre

Si le grand fabuliste faisait parler les animaux pour instruire les hommes, vous, vous les faites parler pour leur faire connaître leurs droits et ce n’est pas rien ! Merci pour ce partage intéressant et utile !

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE