«

»

Nov 11 2015

Imprimer ce Article

Les arbres aux mille couleurs – Donald Ghautier

Les arbres aux mille couleurs

Les arbres brillaient de mille couleurs. Je marchais sereinement dans la forêt. Désormais, plus personne ne pouvait m’atteindre. Mon passé semblait tellement loin. Les feuilles bruissaient délicatement, en gouttelettes sonores. Ma nouvelle vie paraissait simple, facile, et à chaque pas j’effaçais les traces de mes anciennes erreurs. Je ne me posais plus de questions sur mon avenir, sur les options à choisir dans la quête de la réussite. La réalité apparaissait crûment, sans artifice, dans une nudité totale.

Le matin, en me levant, j’avais senti les premiers indices de ce changement radical. Dans ma chambre d’hôtel, en plein cœur de Londres, au milieu de mes affaires éparpillées autour du lit, je m’étais demandé pourquoi je dormais aussi peu, quel mal incurable me rongeait au point de préférer au domicile familial les missions loin de chez moi. Mes rêves ressassaient constamment l’époque de mon adolescence.Je me revoyais sans cesse sur les petites routes de campagne, en train de rouler tranquillement sur mon vélo, dans un décor lumineux. Aucune contrainte ne pesait alors sur mes épaules : je pouvais pédaler sans me soucier d’une direction, d’un cap à tenir ou d’une vitesse à ne pas dépasser.

Mes songes nocturnes dégageaient une paix intérieure et une quiétude magnifiées par des paysages de nature plongés dans un calme irréel. Pas de voiture à l’horizon, quelques fermiers dans les champs et des animaux en liberté agrémentaient mes longues promenades imaginaires. Des sonorités flûtées accompagnaient mes pensées. La musique rendait mon existence aérienne. Je ne ressentais aucune fatigue au cours de mes nombreux périples.

J’avais rapidement enfilé ma tenue standard de jeune cadre dynamique, après une toilette lente et patiemment travaillée, puis m’étais rendu dans la salle de restaurant où les clients prenaient d’ordinaire leur petit déjeuner. Assis, seul à une table près de la large fenêtre principale, j’avais longuement regardé le parc. Les jardiniers effectuaient leurs travaux quotidiens et j’admirais toujours leur dextérité, leur art de conformer la nature aux désirs des hommes sans lui enlever sa beauté originale. Je crois que ce fut le déclic.

Mon estomac refusait toute autre nourriture que le jus de pommes. Je n’avais pas insisté devant cette rébellion intérieure, me contentant de rêvasser sans me soucier de l’heure. La serveuse m’avait gentiment fait comprendre que le service allait s’achever. Je m’étais dirigé vers ma chambre. Le reste s’était déroulé naturellement, sans réfléchir : j’avais pris ma voiture de location et roulé durant trois heures vers le nord. La journée était belle. Sortir de la cité londonienne avait été d’une facilité déconcertante, dans un trafic autoroutier d’une fluidité étonnante.

Je ne savais pas pour quelle raison j’avais choisi de bifurquer vers Nottingham. Certains diraient que l’appel de la forêt résonnait déjà dans ma tête, d’autres évoqueraient la légende de Robin Hood, mais je ne pourrais pas expliquer mon choix par une quelconque nostalgie, vu que je ne connaissais pas du tout cette région de l’Angleterre. Après les grands axes routiers, j’avais opté pour des petites routes. Je m’étais enfoncé dans le pays profond, celui où les bois remplaçaient les champs. Mon pied avait appuyé sur la pédale de frein sans demander mon avis puis ma main avait coupé le contact. J’avais marché au milieu des arbres en écoutant les éléments m’inviter à rejoindre les fougères et les champignons dans le royaume végétal.

Dorénavant, je m’affranchissais du regard des autres et de leur jugement péremptoire. Les géants forestiers ne me considéraient pas comme une sorte de fou qui lâchait une existence aisée et tournée vers la reconnaissance. Les plantes grimpantes ne cherchaient pas à me capturer et m’imposer leurs propres règles. Je touchais enfin l’essence même de la vie. Cette sensation d’absolu ne me grisait même pas. Le soleil ne m’aveuglait pas et composait habilement avec le feuillage épars. Petit d’homme, j’étais devenu le protégé de la forêt, celui qui revenait là où tout avait commencé.

Je décidai de m’allonger sur la terre meuble au milieu des branches mortes et des herbes sauvages. « Couvre-moi de fleurs » demandai-je doucement à mon protecteur végétal. Une brise se leva. Des milliers de pétales recouvrirent mon corps. Les arbres scintillèrent de plus belle dans un kaléidoscope de couleurs. J’entendis la forêt entamer une sonate pour feuilles et insectes. Charmé par la musique de mes hôtes, je me mis à rêver une dernière fois.

Je n’étais plus en train de me promener à bicyclette dans la campagne de mon enfance. Des visages connus, ceux de ma mère et de ma défunte sœur, ceux de mes grands-parents et aussi d’une multitude d’autres personnes que j’avais oubliées ces dernières années, traversaient le ciel de mes songes. Ils essayaient de me parler, mais aucun son ne sortait de leur bouche. Leurs yeux semblaient étrangement ronds et leur donnaient un aspect de poupée de cire. Mon corps se transformait progressivement : mes pieds s’ancraient dans le sol humide du monde boisé, tandis que mes bras s’allongeaient et se parsemaient d’un feuillage dru. Le soleil baissait sensiblement d’intensité et sa teinte passait du jaune à l’orange pour finalement virer vers le rouge. Les nuages flottaient en accéléré dans une voûte céleste devenue sanguine.

Je n’avais pas peur. Je contemplais les éléments changeants avec la candeur d’un enfant émerveillé par un premier spectacle de magie. Si j’avais encore eu des bras, j’aurais certainement applaudi. Si ma langue ne s’était pas confondue avec mon palais, nul doute que je me serais mis à chanter. Les arbres aux mille couleurs se penchèrent sur moi et scintillèrent une dernière fois.

FIN

arbres aux mille couleurs

0

Je m’appelle Donald, ce qui n’est pas facile à vivre tous les jours surtout quand on a des grands pieds et la langue bien pendue. Mon métier, dans le civil comme dirait ma grand-mère, c’est consultant en organisation. J’explique comment bien travailler à des managers de fortune, des petits chefs à plume trop contents de briller au milieu de leurs esclaves salariés.

« De tic et de tac
Mon égo coule sous les piques
De stuc et de toc. »

Pourtant, dans mes rêves les plus fous, je vois un monde éclairé où nous serions tous un peu moins durs les uns avec les autres. Alors, j’écris des petites histoires, parce que je ne sais pas dessiner, inspirées par le Pop Art et la musique rock.

« Warhol sans Vietnam
Le symbole brule dans les flammes
De sérigraphies. »

J’espère trouver ici, dans cette communauté, mes frères et mes sœurs, des gens avec qui partager mon gout de l’écriture et de la narration, de mille et une façons différentes parce que nous ne sommes finalement que des humains et pas des robots.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/les-arbres-aux-mille-couleurs/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Plume de Poète Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Plume de Poète
Administrateur

Merci pour ce beau partage coloré Donald !
Vos mot reflètent ces belles couleurs dans nos yeux et nous submergent de souvenirs et de clichés . . .

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE