«

»

Fév 09 2019

Imprimer ce Article

l’eau, le vent, le feu – Georges Cambon

Un filet  de sang sur tes lèvres, de toi praticienne

Nous avons appris à être des poètes au firmament.

Écoute le vent, divinité terrible, prince du tourment

Qui trahit son génie pour de jeunes péripatéticiennes!

 

Tout se consume lentement dans ce pâle dénouement

Monstre à l’orgueil brutal, je nais de ma déchéance,

Mais mon corps vieillissant veillé  par un amant

Pleure de légendes noires et d’ombres sans importance!

 

J’ai vu au fond  du trou, la rage de mon infirmité

Tout se consume lentement, le temps rend suspicieux

Qu’un troupeau de hyènes en rut se plait à visiter.

Voici le feu qui me titille sournois et malicieux!

 

 

1+

Ancien libraire, j'aime la poésie et la politique d'où mes choix, parfois, de textes engagés! Mes poètes préférés sont Aragon, Verlaine, Mallarmé et Valéry!

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/leau-le-vent-le-feu-georges-cambon/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
Anne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

Tellement vrai
que dire de plus..
Bravo
Anne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE